Accueil Société Régions Bruxelles

Catherine Moureaux, le cœur bien à gauche et la langue maladroite

Celle qui devrait devenir la bourgmestre de Molenbeek conserve le côté clivant de ses parents. Médecin de carrière, elle est à l’aise sur le terrain. Son profil, cartésien et cérébral, dénote. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 10 min

Ses adversaires, l’ayant entendue arriver avec ses gros sabots griffés « Moureaux », voulaient se rassurer : « Le nom ne suffira pas ». Sa victoire, raz-de-marée dans les rues de Molenbeek, les aura cloués sur place.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, dimanche 28 octobre 2018, 14:11

    Je ne vous cache pas que je n'aimais pas son père,mais alors pas du tout,mais le fait de s' appeller Moureaux ne doit pas lui coller à la peau dans le sens le plus négatif du terme.Jugeons la sur des faits,des actes et dressons bilan en fain de mandat.

  • Posté par Christine Godderidge, dimanche 28 octobre 2018, 0:55

    Par le biais, svp, pas par le biais !

  • Posté par Op De Beeck Philippe, samedi 27 octobre 2018, 17:39

    Quelle misère ! Et revoilà le show Moureau !!!

  • Posté par Jos Theys, samedi 27 octobre 2018, 17:04

    "elle apprend à trouver sa place dans un collectif" surtout quand elle est le chef....

  • Posté par CLAUDE RICHEZ, samedi 27 octobre 2018, 11:16

    molenbeek n'EST PAS UN FIEF MOUREAUX,des bougeois l'ont construit dans les années 1800, car cette commune jouxtait BRUXELLES.....

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs