Philippe Herzog, ancien cadre du PCF: «L’extrême gauche porte la parole des gens qui souffrent»

Philippe Herzog, ancien cadre du PCF: «L’extrême gauche porte la parole des gens qui souffrent»

Au lendemain d’une percée sans précédent du PTB en Wallonie et à Bruxelles, que pense l’ancien dirigeant du PCF (Parti Communiste Français) de l’extrême gauche ? Alors qu’Olivier Chastel, président du MR, déclarait ce vendredi dans le journal Le Soir que « PS et Écolo ne mesurent pas le danger du PTB », Philippe Herzog nuance. « Ce n’est pas dangereux de discuter avec l’extrême gauche. Je n’ai jamais aimé les radicalités, ce qui est dangereux, selon moi, c’est la violence. Mais l’extrême gauche porte souvent une parole de gens qui souffrent, d’ouvriers qui ont été humiliés par exemple. En ne voulant pas participer éventuellement à une responsabilité où ils serviraient de minorité, je peux les comprendre. Cependant, ils n’ont pas de projet, ils n’ont pas de vision, et c’est vrai qu’au bout d’un moment, la question qui est posée à ces gens-là, c’est d’accepter aussi les responsabilités de la gestion avec les difficultés que ça peut présenter ».

Le titre de son livre « D’une révolution à l’autre », évoque la désillusion du mouvement révolutionnaire communiste en France, mais aussi le défi que représente aujourd’hui la relance de l’Union Européenne. Cette seconde révolution n’est pas encore perdue à son sens. Il faut surprendre les Européens en s’engageant d’une part à faire de l’Europe un acteur global capable d’exister dans la mondialisation. D’autre part, proposer un nouveau modèle de développement «basé sur l’écologie, l’appropriation du numérique et la manière de travailler du futur », explique-t-il.

Il a dit

À propos de la loi travail menée à bout par Emmanuel Macron : « Je l’appuie »

Pour décrire le président français : « C’est Napoléon Bonaparte et il a été élu trop tôt »

Interrogé sur le choix belge de l’avion de chasse américain F35 pour remplacer les F16 : « Prendre des décisions séparées au sein des états européens en termes d’investissements militaires, c’est le passé, ça ne doit pas durer. Il faut faire un pool des commandes publiques liées à la construction de l’Europe de la défense ».

Le modèle low cost de Ryanair ? « Ce serait mieux qu’on ralentisse. D’une façon générale, j’ai un problème avec la hausse effrénée du transport aérien ».

Quelle est la faute du communisme ? « L’erreur a été de l’imposer par la force ».

Sur un arrêt possible des livraisons d’armes européenne à l’Arabie saoudite : «C’est éthiquement indispensable »

Philippe Herzog était interviewé par Béatrice Delvaux, Jean-Pierre Jacqmin et Jacques Crémers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite