Paul Magnette sur les négociations à Charleroi: «À partir de combien de sièges le PTB prendra-t-il ses responsabilités?»

Paul Magnette sur les négociations à Charleroi: «À partir de combien de sièges le PTB prendra-t-il ses responsabilités?»

Paul Magnette, le bourgmestre PS de Charleroi a réagi dimanche aux propos de Robert Vertenueil, le président de la FGTB, dans Le Soir.

Bien avant la campagne des communales, Robert Vertenueil, avait appelé à constituer des majorités PS-Ecolo-PTB. Mais, les négociations à Molenbeek, à Charleroi et ailleurs, capotent les unes après les autres. Dans les colonnes du Soir, le président de la FGTB ne cache plus sa colère. « Au PS, à Ecolo et au PTB, je dis : la gauche dans sa globalité a une responsabilité historique, il faut partout revenir à la table de négociations ! ».

au PTB et à Ecolo de revenir à la table ! »

Une déclaration qui n’est pas du goût de Paul Magnette, alors que le PTB a décidé de se retirer des négociations avec le PS à Charleroi. « À Charleroi, PS et Écolo sont toujours ‘à la table’. Le PTB refuse de négocier estimant ‘ne pas avoir le rapport de force’. La prochaine fois, pour que l’électeur sache, diront-ils à partir de combien de sièges ils prendront leurs responsabilités ? » a-t-il tweeté samedi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite