Accueil Sports Football Football belge Standard

Standard - Genk: Preud’homme et Clément, quand le maître reçoit son élève...

Le Standard de Michel Preud’homme qui défie Genk et Philippe Clément, c’est un peu l’affrontement entre le maître et son élève. Mais, au coup de sifflet final, parlera-t-on de nouvelle leçon du professeur ou de passation de pouvoir? La réponse se trouve sûrement au cœur de la défense liégeoise…

Temps de lecture: 3 min

Lors de sa dernière saison à la tête du Club de Bruges, Michel Preud’homme a pris de la distance avec les séances du quotidien, laissant Philippe Clément aux manettes. Une marque de confiance conséquente quand on connaît le souci du détail du mentor des Rouches. « Je sais qu’il sera promis à un très bel avenir… » Tel était le message véhiculé durant toute la saison à l’adresse d’un garçon qui, à l’aube du 22 mai 2017, décidait de quitter la Venise du Nord au même moment que son maître. « Je ne serai plus jamais un assistant…. sauf si Michel me téléphone ». Ces mots, sortis de la bouche de l’entraîneur limbourgeois, fleurent l’ambition et le respect envers celui qu’il va défier dans quelques heures. Un duel qu’il prépare en coulisses depuis des semaines et qu’il peut se targuer d’aborder avec une confiance au beau fixe. Genk est une machine qui tourne à une moyenne de trois buts par match depuis l’ouverture de la compétition. Le danger peut venir de tous les côtés avec, comme chef d’orchestre, un Alejandro Pozuelo aussi beau balle au pied que cynique dans ses transmissions.

Toutefois, et le Club de Bruges en sait quelque chose, se déplacer à Sclessin dans la peau d’un leader n’est pas une mission aisée. Les Standarmen aiment se parer de leurs plus beaux atouts lorsque l’adversaire semble intouchable. Bousculer les certitudes, embêter la hiérarchie et s’offrir le scalp des meilleurs… Des superlatifs qui accompagnent souvent les résultats des Principautaires. Maintenant, il ne suffira pas de surfer sur la victoire quelque peu chanceuse face à Krasnodar pour venir à bout d’un opposant en pleine bourre. Ce dernier produit un jeu rarement égalé en Belgique et peut s’appuyer sur des éléments de grande classe. Dès lors, quel sera l’ingrédient clef dans la recette liégeoise ? Très certainement son axe central défensif, constitué de Kostas Laifis et Christian Luyindama. Si on excepte quelques errements qu’on placera sur le compte d’un manque de concentration, le défenseur congolais est tout simplement monstrueux dans les duels et essentiel sur l’échiquier de Michel Preud’homme. Son duel avec Mbwana Samatta risque de valoir le détour, surtout quand on sait que le meilleur artificier de Genk en est déjà à 16 buts toutes compétitions confondues. Le tenir à l’œil pour l’empêcher de s’exprimer constituera la mission principale du « Boss » et de son compère chypriote, celui qui a permis à Sclessin de vibrer comme jamais en Europa League jeudi dernier. Kostas Laifis, c’est un peu le bon élève dont personne ne parle mais qui est toujours là quand on a besoin de lui. Très discret, pour ne pas dire timide, le défenseur dégage une assurance folle dans toutes ses interventions. Doté d’une technique au-dessus de la moyenne, il fait son petit bonhomme de chemin sans bruit mais avec efficacité. Cette paire permet au Standard d’être la seconde meilleure défense du Royaume juste derrière l’Antwerp. Si le Standard veut encore faire chuter le leader, il devra une nouvelle fois briller derrière…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Standard

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir