Accueil REMUNERO

Remunero: qui sont les administrateurs publics les mieux payés en 2017?

Il s’agit la plupart du temps de sociétés fédérales. La Liégeoise Nethys apparaît à trois reprises dans ce classement.

Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Entre ceux qui assurent leur mission pro bono et ceux qui facturent annuellement plus de 100.000 euros, il y a un monde : celui des sociétés publiques. Soyons de bon compte, les administrateurs en tête de notre classement ont la plupart du temps des rémunérations à la hauteur de leurs responsabilités. Parce que leurs sociétés sont cotées ou rêvent de l’être (Belfius, Dexia, Proximus, bpost, Elia), parce qu’elles ont clairement des ambitions internationales (Sonaca) ou sont des outils indispensables à la bonne gestion de l’Etat (SNCB, SFPI)… Les conséquences d’une faute que pourrait commettre le conseil d’administration de Belfius ou Belgocontrol sont a priori plus effrayantes que celles qui résulteraient d’un manquement dans une société de logements ou même à la - pourtant très rémunératrice - Loterie nationale.

Ce classement des administrateurs les mieux rémunérés est à lire avec précaution. Notamment parce qu’en ont été exclues les rémunérations que reversent certains mandataires à l’organisme qu’ils représentent dans un CA : Claude Grégoire, par exemple, le patron de la Socofe, redirige vers cette dernière tous les jetons de présence et émoluments qu’il perçoit, où que ce soit, en tant qu’administrateur. De la même façon, le bourgmestre de Bassenge Josly Piette, ne conserve pas toutes les rémunérations auxquelles il a légalement droit.

De plus, les chiffres publiés sont extraits des 256 rapports de rémunérations auxquels Le Soir a eu accès : n’ont donc, par la force des choses, pas pu être prises en compte ces sommes que d’autres sociétés, discrètes sinon secrètes, ont refusé de divulguer. Ces rapports manquants sont évidemment susceptibles de chambouler ce classement.

Montants bruts

De la même façon, si le Georges Pire était en 2017 le mandataire alignant le plus de mandats payés, le créditer d’une rémunération globale de 42.656 euros ne lui rend pas justice : l’intercommunale Publifin n’ayant pas encore publié ses comptes 2017, les rémunérations précises qu’elle a attribuées l’an passé à ses administrateurs restent frappées d’un point d’interrogation.

De plus, le libéral liégeois siégeant alors aussi chez EDF Luminus mais cette société étant majoritairement contrôlée par le privé, les jetons de présence ou émoluments fixes qu’il y a perçus sont aussi restés hors de notre portée. Bref, les rémunérations affichées sont dans certains cas partielles, tous les détails seront lisibles dans la base de données que Le Soir mettra jeudi en ligne.

Enfin, « Les montants publiés, sont bruts d’impôts et de cotisations, rappelle Georges Hübner, administrateur de Belfius. Il reste 40 % à la fin, en salaire poche. Il serait très malséant de se plaindre. Mais toute peine mérite salaire. On n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Il faut une juste rémunération pour tout ce qu’on exige de l’administrateur : de la compétence, un certain bagage, de la disponibilité. On rémunère également la prise de risque de l’administrateur, qui engage sa responsabilité. Et il faut rappeler qu’il peut être révoqué par l’assemblée générale à tout moment. C’est aussi un point qui le distingue d’un contrat de travail. ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Clodong André, jeudi 14 mars 2019, 10:03

    Le Soir apporte plus de transparence et c'est un pas dans la bonne direction. Mais on reste très loin d'une saine gestion de l'argent public. La Wallonie et Bruxelles région croulent sous ces trop nombreuses entités redondantes. Il ne faudrait pas attendre 2024 (la fin des transferts nord-sud) pour simplifier le système. Nous avons besoin d'une révolution copernicienne.

  • Posté par Poels Jean-pierre, dimanche 28 octobre 2018, 10:38

    Je lis: "On n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Il faut une juste rémunération pour tout ce qu’on exige de l’administrateur : de la compétence, un certain bagage, de la disponibilité." Mon commentaire: "Bien d'accord avec vous pour compétence et bagage qui justifient une rémunération à hauteur des responsabilités exercées. ….. En ce qui concerne la disponibilité, je m'interroge sur la qualité du travail de celui qui cumule de nombreux mandats rémunérés. Tout qui cumule déjà une (1) activité professionnelle avec une vie de famille connait les limites de son agenda. Que penser de l'exercice de 9 ou 7 mandats; sauf s'il s'agit d'un mandat qui consiste à assister à une unique réunion par an pour approuver le rapport des comptes annuels. Mais dans ce cas là, une rémunération s'impose t elle?

Sur le même sujet

Aussi en REMUNERO

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une