Accueil Belgique Communales 2018

Catherine Moureaux (PS) répond à Verteneuil: «Négocier avec le PTB, à Molenbeek, c’est trop tard»

La future bourgmestre de Molenbeek était l’invitée de « C’est pas tous les jours dimanche » sur RTL. Elle est revenue sur les propos de Robert Verteneuil dans « Le Soir ».

Chef de l'édition numérique Temps de lecture: 2 min

La future bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux, invitée de l’émission dominicale de RTL « C’est pas tous les jours dimanche », est revenue sur la fin des négociations avec le PTB, refusant de laisser entendre qu’elle avait joué un double jeu pendant les négociations. « Nous avons quand même négocié pendant 10 jours avec le PTB », a-t-elle précisé. « Je me suis engagée corps et âme pendant ces 10 jours pour faire aboutir le souhait de changement des Molenbeekois ».

« Nous avions la possibilité de faire une majorité avec le PTB et Ecolo, je me suis engagée depuis la première minute des résultats », a-t-elle insisté en réponse aux questions sur la volonté du PS de prouver que le PTB ne voulait monter au pouvoir. « Je ne peux pas accepter qu’on mette en cause mon intégrité dans cette histoire. J’ai essayé, j’ai dû constater que ce n’était pas possible (...) Je n’ai manipulé personne. »

Catherine Moureaux a également répondu à Robert Verteneuil, le leader de la FGTB qui demandait « au PS, au PTB et à Ecolo de revenir à la table » des négociations. « A des moments, j’ai cru que nous étions dans une négociation. Mais finalement, en 4 minutes, on apprend que tout est fini. Les faits : à Molenbeek, on m’a claqué la porte dans la gueule », a-t-elle expliqué. « Mais à Molenbeek, avec la gifle que je me suis prise, je ne vais rien recommencer du tout. Je suis d’accord avec l’analyse de Robert Verteneuil, mais elle vient trop tard. Je ne ferai plus de pas vers le PTB».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, dimanche 28 octobre 2018, 22:42

    Monsieur Deckers je suppose que vous avez dans votre poche un carte d'affilié PS.Pour avoir travaillé pendant prés de 29 ans dans une institution d'état chapeautée par le PS ,je pourrais écrire un livre sur les combines et autres passes droits ,un seul mot me vient en bouche "scandaleux" .Alors ne venez pas avec vos grandes phrases et longs textes traiter ceux du PTB d'idiots utiles,si le PTB récolte des voix s'est que les gens en ont purement et simplement marre des magouilles PS et cherchent une alternative.

  • Posté par christian Leroy, lundi 29 octobre 2018, 9:07

    Merci Monsieur pour votre contribution. Avec la complicité du PSC (appelons un chat un chat) et du MR, le soit disant PS vampirise tout ce qui se dit "Public" (au sens étroit et au sens large (cfr la panoplie d'ASBL de tous genres))! ;o))

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 28 octobre 2018, 21:51

    Michel Brasseur, qu'on se comprenne bien, je suis moi aussi très critique vis-à-vis du PS mais déjà un peu moins depuis que Paul Magnette a endossé à juste titre le combat pour un autre CETA. Ce que je veux dire, c'est que le PTB, "au mieux" pique des voix au PS pour ne jamais gouverner parce qu'ils seront toujours trop puristes pour participer à une coalition. Au pire, ils entrent leader d'une coalition au pouvoir et mette le pays dans une situation à la Syriza en Grèce. Le PTB n'a pas de solution car il refuse de voir que la mondialisation est le problème et qu'on ne peut en aucun cas se contenter d'appliquer des réponses brutales seulement en Belgique sous peine de transformer le pays en désert économique ET dès lors social! Pour ma part, je préfère davantage de voir évoluer des gens comme Paul Magnette, les verts européens, Benoît Hamon, Yanis Varoufakis entre autres, qui comprennent que l'enjeu se situe au minimum au niveau européen. Il faut d'une manière ou d'une autre structurer la réplique de la gauche (à l'hégémonie culturelle de la droite raciste) au niveau européen. Une des manière de sortir l'Europe du toujours moins d'Etat, toujours moins de social est d'avoir une fiscalité européenne beaucoup plus harmonisée et une lutte européenne contre la fraude et l'évasion fiscale. Pour cela, il faut passer le sujet (la fiscalité) de la règle de l'unanimité à la règle de la majorité qualifiée (la plus petite possible). Pour cela, le PTB n'a pas de plan, il n'en parle même pas et se contente de promettre en Belgique une taxe des millionnaires qui transformerait très vite la Belgique en pays sans millionnaires. Voilà la réalité. Le PTB est le cancer de la gauche. Engagez vous, mais engagez vous bien. Le PTB est l'allié utile du MR, de la NVA et de la FEB!

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 28 octobre 2018, 19:34

    Pour suivre, exemple flagrant à Liège, les votes partis du PS au PTB rendent une majorité PS-Vert Ardent trop courte (ils ont la majorité mais à un seul siège près, c'est trop court pour une législature de 6 ans). Résultat, à son tour, sous peu, Willy Demeyer devra bientôt annoncer l'impossibilité de faire une coalition avec le PTB, et très probablement, il préférera une simple coalition bipartite PS-MR confortable, à une instable tripartite avec Ecolo (Vert ardent) et un troisième larron, soit le Cdh grand perdant à Liège, soit Défi, mais un seul siège supplémentaire n'élargirait pas suffisemment la majorité PS-Vert Ardent, ce sera donc soit avec le cdh perdant et conservateur soit avec le MR libéral. En gros, le PTB a fait perdre la gauche à Liège!

  • Posté par Brasseur Michel, dimanche 28 octobre 2018, 20:31

    Si ce que vous appelez la gauche (le PS) était vraiment à gauche, elle ne s allierait plus au MR! Surtout plus maintenant!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Communales 2018

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs