Catherine Moureaux (PS) répond à Verteneuil: «Négocier avec le PTB, à Molenbeek, c’est trop tard»

La future bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux, invitée de l’émission dominicale de RTL « C’est pas tous les jours dimanche », est revenue sur la fin des négociations avec le PTB, refusant de laisser entendre qu’elle avait joué un double jeu pendant les négociations. « Nous avons quand même négocié pendant 10 jours avec le PTB », a-t-elle précisé. « Je me suis engagée corps et âme pendant ces 10 jours pour faire aboutir le souhait de changement des Molenbeekois ».

« Nous avions la possibilité de faire une majorité avec le PTB et Ecolo, je me suis engagée depuis la première minute des résultats », a-t-elle insisté en réponse aux questions sur la volonté du PS de prouver que le PTB ne voulait monter au pouvoir. « Je ne peux pas accepter qu’on mette en cause mon intégrité dans cette histoire. J’ai essayé, j’ai dû constater que ce n’était pas possible (...) Je n’ai manipulé personne. »

Catherine Moureaux a également répondu à Robert Verteneuil, le leader de la FGTB qui demandait « au PS, au PTB et à Ecolo de revenir à la table » des négociations. « A des moments, j’ai cru que nous étions dans une négociation. Mais finalement, en 4 minutes, on apprend que tout est fini. Les faits : à Molenbeek, on m’a claqué la porte dans la gueule », a-t-elle expliqué. « Mais à Molenbeek, avec la gifle que je me suis prise, je ne vais rien recommencer du tout. Je suis d’accord avec l’analyse de Robert Verteneuil, mais elle vient trop tard. Je ne ferai plus de pas vers le PTB».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite