Communales 2018: Frédéric Daerden sollicite le PTB à Herstal

Communales 2018: Frédéric Daerden sollicite le PTB à Herstal

Après les échecs à Molenbeek et Charleroi, le socialiste Frédéric Daerden sollicite le PTB dans sa commune, à Herstal: «Je leur ai adressé une note de travail précise, c’est la base d’un possible partenariat.»

Bourgmestre et chef de file socialiste dans cette commune de la province de Liège, il se dit « partant », a fortiori « constructif », propose un échevinat (sur six postes au total au collège) au PTB, « qui réunirait les compétences du Logement et de la Mobilité », et veut « maintenant donner un contenu précis à un possible programme commun pour gouverner Herstal »

En l’occurrence, Frédéric Daerden a « travaillé ces derniers jours à la rédaction d’une note », adressée ce lundi matin à la délégation du PTB, dans laquelle il reprend « point par point les propositions » qui lui avaient été soumises la semaine dernière : « Ces propositions, je les chiffre et je les nuance, tout en maintenant les objectifs. C’est à discuter, bien sûr. Je crois qu’avec un peu de bonne volonté, il y a là les bases possibles d’un partenariat. »

>>> A lire sur Le Soir+: tous les détails de la négociation entre PS et PTB à Herstal.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Elections communales 2018 à Herstal|Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite