Le propriétaire de Leicester est décédé dans le crash d’hélicoptère

Le président de Leicester city, le Thaïlandais Vichai Srivaddhanaprabha, est décédé, ainsi que quatre autres personnes, dans l’accident d’hélicoptère qui s’est produit samedi aux abords du King Power stadium, a indiqué le club de football, dimanche soir.

« C’est avec le plus profond regret et le coeur brisé que nous confirmons que notre président, Vichai Srivaddhanaprabha, faisait partie de ceux qui ont tragiquement perdu leurs vies samedi soir lorsqu’un hélicoptère le transportant lui et quatre autres personnes s’est écrasé à l’extérieur du King Power Stadium. Aucune des cinq personnes à bord n’a survécu », indique le club de cette ville du centre de l’Angleterre dans un communiqué publié sur son site internet.

Vichai Srivaddhanaprabha, le milliardaire thaïlandais propriétaire de Leicester City, est décédé samedi à l’âge de 60 ans. Le Thaïlandais est l’auteur d’un des plus grands contes de fée du football moderne. Srivaddhanaprabha était également le président du club belge de D1B d’Oud-Heverlee Louvain, qu’il a racheté en mai 2017 via son groupe King Power.

Roi des duty-free en Thaïlande, passionné de polo, l’homme d’affaires âgé de 60 ans avait racheté le petit club des Midlands en 2010 avant d’en faire six ans plus tard le plus improbable champion de Premier League de tous les temps.

Cette victoire en 2016, défiant tous les pronostics – le club était donné gagnant du championnat à 5.000 contre un par les bookmakers au début de la saison –, avait comblé les rêves de gloire de supporters, habitués à languir en deuxième division. C’est la première fois que Leicester City décrochait ce titre depuis la création du club en 1884.

Même si les Renards – le surnom des joueurs du club – ont terminé en milieu de classement les saisons suivantes, ils sont désormais solidement implantés dans la première division anglaise.

Et contrairement à d’autres propriétaires étrangers de clubs anglais, Vichai Srivaddhanaprabha était très populaire auprès des fans de son équipe. Il faut dire qu’il savait les soigner : les supporters de Leicester avaient ainsi eu droit à une bière gratuite et à des beignets pour célébrer son soixantième anniversaire, avant un match contre Newcastle en avril de cette année.

Et le prix des abonnements avait été gelé ces quatre dernières saisons, tandis que Vichai Srivaddhanaprabha avait fait don de 2 millions de livres sterling (2,5 millions de dollars) pour aider à construire un hôpital pour enfants.

Seul signe d’extravagance, il avait l’habitude d’arriver et de repartir du stade en hélicoptère, se posant sur le rond central du terrain lorsque Leicester jouait à domicile.

Photo

Après le match nul 1-1 contre West Ham, l’appareil s’est écrasé sur le parking devant le King Power Stadium.

Dans son pays, Vichai Srivaddhanaprabha est un familier des puissants, au premier rang desquels la famille royale. Son nom, Srivaddhanaprabha (« Lumière de gloire en marche »), lui a d’ailleurs été attribué en 2013 par le roi de Thaïlande.

Sa fortune, bâtie à partir de 1989 avec au départ un seul magasin de duty-free à Bangkok, est aujourd’hui estimée à plusieurs milliards de dollars. Son groupe, King Power, a touché le jackpot en 2006 quand il a remporté la concession pour les magasins de duty-free du nouvel aéroport international de Bangkok, Suvarnabhumi, qui voit passer chaque année des millions de voyageurs.

En sport, le premier amour de Vichai était le polo, dont il était un joueur accompli, membre du Ham Polo Club de Londres, fréquenté par la famille royale britannique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite