Accueil Économie Entreprises

IPM propose de racheter L’Avenir sans licenciement collectif

La direction de L’Avenir a annoncé mardi dernier sa volonté de licencier 60 équivalents temps plein sur 250.

Temps de lecture: 1 min

Dans un entretien accordé à La Libre et à la Dernière Heure, le patron du groupe de presse IPM propose à Nethys de lui racheter L’Avenir. Il est possible de relancer le quotidien régional sans passer par un licenciement collectif, estime François le Hodey.

La direction de L’Avenir a annoncé mardi dernier sa volonté de licencier 60 équivalents temps plein sur 250. La nouvelle a été perçue comme un séisme dans la presse francophone.

« Je dis à L’Avenir qu’il y a un plan B. En mettant ensemble IPM (La Libre, la DH…) et L’Avenir, on générerait des telles synergies positives que l’on éviterait de devoir passer par un plan Renault. Pour le dire autrement, IPM propose de racheter L’Avenir sans licenciement collectif. Si nous pouvons racheter le journal, nous arrêtons le plan Renault », affirme François le Hodey.

Pour lui, IPM et L’Avenir sont complémentaires. « En mettant ensemble nos forces, nous pourrons donner encore plus de capacités concurrentielles à L’Avenir, notamment sur Internet », souligne M. le Hodey.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière