Accueil Opinions Éditos

Bolsonaro, le nouveau rictus de la démocratie

Les Brésiliens ont élu un nouveau président ce dimanche. Leur choix s’est porté vers Jair Bolsonaro, le candidat d’extrême droite.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Et un de plus… En élisant Jair Bolsonaro à une large majorité de 56 %, les Brésiliens ont allongé la liste des dirigeants nationalistes ou d’extrême droite projetés à la tête de pays démocratiques. Après la victoire du PiS en Pologne en 2015, suivie de peu par le référendum britannique en faveur du Brexit, qu’on peut sans hésiter assimiler à une victoire des populistes, puis l’élection de Donald Trump aux États-Unis la même année, et la victoire de l’extrême droite et des antisystème 5 Étoiles en Italie au printemps dernier, l’élection de Bolsonaro fait basculer un pays de 210 millions d’habitants dans l’inconnu.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Philippe Bernard, mardi 30 octobre 2018, 8:32

    Grand frère te regarde

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 29 octobre 2018, 15:41

    Voici la Bête sortie de la Terre. Celle qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon. (Apocalypse, XIII, Jean).

  • Posté par delpierre bernard, lundi 29 octobre 2018, 12:42

    Petrobas, fleuron de l'économie brésilienne a été la vache à lait de corrompus du pouvoir en place qui de surcroît n'a pas pu présenter un bilan positif dans sa lutte contre les gangs. Si on ajoute à cela l'incapacité de Lula et puis de roussef de résister aux sirènes draconiennes du FMI alors que l'économie et surtout les exportations baissaient, le changement était inévitable...

  • Posté par Eric Lambot, lundi 29 octobre 2018, 12:15

    "C’est le décalage entre l’offre politique, et les attentes, angoisses ou doutes profonds des citoyens qu’il faut réduire." Excellente analyse !

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 29 octobre 2018, 11:15

    La corruption, la peur diffusée en permanence à dose massive, l'information facile souvent limitée à des faits divers…c'est à dire pas de véritables informations, sont toujours récupérées par les prometteurs de beaux jours.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs