Communales à Molenbeek: Ecolo prêt à rediscuter avec le PS

Sarah Turine, cheffe de file des verts ©Dominiques Duchesnes / Le Soir
Sarah Turine, cheffe de file des verts ©Dominiques Duchesnes / Le Soir

Comme elle l’expliquait ce matin au micro de la Première, Catherine Moureaux (PS) a rencontré vendredi dernier les représentants molenbeekois du MR, d’Ecolo, du CDH et de Défi.

Visiblement, ce premier tour de table a payé. Suite à ces échanges, Sarah Turine, cheffe de file des verts, fait en effet savoir que son parti a pris la décision ce week-end de se remettre autour de la table, afin de discuter de la création d’un olivier élargi à Défi (24 sièges sur 45 au conseil communal).

Pourquoi un tel revirement de situation, alors qu’Ecolo avait quitté les discussions engagées avec le PS et le PTB mardi dernier en estimant que ses demandes en matière de gouvernance n’avaient pas été entendues ? Eh bien, Catherine Moureaux aurait accepté, selon Sarah Turine, de faire des concessions sur 3 points jugés fondamentaux pas les écologistes.

Composition du collège

Ainsi, la future bourgmestre se serait engagée auprès des verts à ce que, dans l’hypothèse où une coalition pourrait être formée avec le CDH, Défi et Ecolo, sa propre liste ne dispose pas de la majorité au collège. Deux sièges seraient ainsi accordés au CDH, deux autres à Ecolo et un à Défi. Par ailleurs, Catherine Moureaux se serait engagée à ne pas revenir sur la présence de la société civile au sein du conseil d’administration de la LES, une asbl paracommunale chargée de coordonner l’aide à la jeunesse, ainsi qu’à mettre en place un accord écrit stipulant que tout membre de l’exécutif qui serait pris en défaut de pratiques clientélistes serait révoqué par son parti.

À noter que la décision d’Ecolo d’accepter de discuter à nouveau ne signifie pas que Catherine Moureaux a définitivement abandonné le scénario d’une violette. La possibilité d’une majorité avec le MR de Françoise Schepmans, plus confortable (30 sièges sur 45), n’a pas été formellement exclue à ce jour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite