Accueil Économie Consommation

Pourquoi davantage de clarté sur le crédit à la consommation est indispensable

Kris Peeters, ministre de l’Economie et des Consommateurs, et son administration publient une synthèse et des lignes directrices sur l’octroi aux crédits. Voilà qui tombe à point nommé à une époque où pullulent les lignes de crédit ouvertes dans le commerce.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Elles sont légions et dispersées, les règles légales régissant le crédit à la consommation. Pour offrir plus de clarté à leur sujet, à l’attention tant des prêteurs que des emprunteurs, Kris Peeters (CD&V), ministre des Consommateurs, et son administration publient ce matin un document de synthèse sur le site internet du SPF Economie. Baptisées « Guidelines concernant l’évaluation de la solvabilité du consommateur dans le cadre de l’octroi d’un crédit à la consommation », ces 22 pages rappellent l’esprit de la loi : dans l’octroi d’un crédit, il s’agit de partir de la situation financière du consommateur et pas du risque pour le prêteur. « Nous installons ici un nombre de mécanismes afin d’éviter que les consommateurs se retrouvent dans une situation de surendettement », souligne le ministre, qui rappelle : « En cas de doute sur la solvabilité du consommateur, il est interdit d’octroyer un crédit. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, mardi 30 octobre 2018, 10:17

    Qu'on le veuille ou non, le crédit est un outil puissant du capitalisme industriel qui lui permet d'écouler ses productions tout en réduisant les capacités du consommateur en maintenant le coût du travail à un degré suffisamment bas pour augmenter ou maintenir ses bénéfices. Le crédit consiste donc à faire une avance sur salaire en disant au consommateur : "Puisque je ne te paie pas assez pour ton travail, je vais te prêter de l'argent pour que tu puisses réaliser immédiatement tes envies que la publicité, avec laquelle je te matraque, transforme en besoins." Mais le capitaliste évite évidemment de reconnaître qu'en procédant de la sorte, il gagne sur deux tableaux à la fois : il vend avec un bénéfice et touche des intérêts pour l'argent prêté ! A l'exception des crédits hypothécaires pour l'achat ou la construction d'une maison, le crédit devrait être interdit parce que dans ce système nombre de consommateurs se font piégés et se mettent dans le rouge et se font alors sucer jusqu'à l'os par des sociétés de recouvrement ou la justice, toujours évidemment au service de l'ordre légal imposé par les capitalistes et leurs représentants politiques.

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 30 octobre 2018, 9:27

    Si on apprenait aux gens à réfléchir et à ne pas dépenser l argent qu ils n ont pas cela irait beaucoup mieux

  • Posté par Chique Damien, mardi 30 octobre 2018, 8:19

    Le pire c'est le gsm à 49 euros et il faut payer un surplus pendant 2 ans

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs