Inégalités scolaires: la situation des enfants en Belgique peut être améliorée, selon Unicef

Image d’illustration ©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
Image d’illustration ©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

La Belgique figure 28e sur 38 pays riches au classement des inégalités dans les trois cycles d’enseignement, selon un rapport publié mardi par l’Unicef, intitulé «  Un départ dans la vie marqué par les injustices – Inégalités scolaires chez les enfants dans les pays riches ». Le pays, dans le haut du classement pour les cycles préscolaire et primaire, rétrograde par contre pour ce qui est du secondaire.

Le rapport analyse les inégalités scolaires aux niveaux préscolaire, élémentaire et secondaire dans 41 pays parmi les plus riches, membres de l’UE et de l’OCDE. Il se penche également sur le lien entre les performances des enfants et des facteurs comme l’activité des parents ou le parcours migratoire.

Il montre notamment qu’en Belgique, la quasi-totalité (99,2 %) des enfants fréquentent l’enseignement préscolaire au moins une heure par semaine pendant l’année précédant l’âge officiel d’entrée en cours élémentaire.

L’impact de la situation socioéconomique des enfants est importants

Par ailleurs, il «  confirme à nouveau qu’en Belgique, l’impact de la situation socioéconomique des enfants est important ». En témoigne la différence moyenne (68 points) dans les scores de lecture entre les jeunes de 15 ans dont les parents exercent un métier de statut élevé et les autres, qui fait que le pays se classe à la 34e place sur 38.

Le pays est par contre à la 9e place sur 29 s’agissant de l’écart de réussite en compréhension écrite en quatrième primaire.

«  Comme pour l’ensemble des pays mentionnés dans ce rapport, la situation des enfants en matière d’inégalités scolaires en Belgique doit continuer à être améliorée », en conclut le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

L’Unicef formule plusieurs recommandations, comme des services de garde et d’éducation de qualité pour tous. Les politiques doivent aussi « garantir qu’aucun élève n’accumule de retard au point de se trouver privé des compétences indispensables à sa pleine contribution dans la société ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite