Les Belges obtiennent pour la première fois la mention «très bien» pour leur maîtrise de l’anglais

©D.R
©D.R

Pour la première fois, la Belgique a obtenu la mention «  très bonne maîtrise de la langue » à l’Indice annuel de compétence en anglais de l’organisme international Education First (EF EPI), publié mardi. Un écart important subsiste toutefois entre francophones et néerlandophones, sans qui les premiers ne seraient pas aussi bien classés.

Les Belges ont grappillé une nouvelle place par rapport à 2017 et se retrouvent désormais 11e sur 88 pays et régions. Les Suédois (avec 70,72 points) sont ceux qui maîtrisent le mieux la langue de Shakespeare. Ils reprennent ainsi leur première place aux Néerlandais (70,31) par rapport à l’année dernière. Singapour (68,63) assure pour la première fois l’entrée d’un pays asiatique dans le top 3.

Mention « bien » pour les francophones

Douze pays ont obtenu la mention « très bien » en 2018. L’Allemagne, 10e (63,74 points), la Belgique (63,52) et l’Autriche (63,13) ferment la marche de ce petit club fermé. Toutefois, les francophones ne s’en sortiraient pas aussi bien sans leurs compatriotes néerlandophones. Si les Flamands perdent quelques plumes (64,33 points cette année contre 65,45 en 2017), ils restent en effet loin devant les francophones qui, avec 58,77 points, chuteraient à la 23e place du classement EF EPI. Bien en-dessous de la barre des 63 points, ils devraient se contenter de la mention « bien ».

Les francophones de Belgique tirent cependant mieux leur épingle du jeu que les Français. Perdant trois places par rapport à l’année dernière, ceux-ci pointent à la 35e position avec une maîtrise « moyenne » de l’anglais, derrière les Espagnols (32e) et les Italiens (34e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite