Accueil Monde Europe

Allemagne: l’ex-infirmier Högel reconnaît les 100 meurtres dont il est accusé

Une affaire sans précédent.

Temps de lecture: 2 min

Un ancien infirmier allemand, Niels Högel, a reconnu mardi à l’ouverture de son procès les 100 meurtres de patients pour lesquels il est jugé, une affaire sans précédent depuis la guerre dans le pays.

Après une minute de silence à la mémoire des victimes et la lecture de l’acte d’accusation, la cour a demandé en fin de matinée à M. Högel si les accusations le visant étaient justes. «Oui», a-t-il répondu à voix basse, avant d’ajouter de manière sibylline que ce qu’il a avoué «a bien eu lieu». Surprise, la salle a accueilli ces aveux dans le silence. Précédemment, l’accusé avait écouté, tête baissée, sans expression, les noms des 100 personnes qu’il a tuées et qu’égrainait la procureure, Daniela Schiereck-Bohlmann.

Injections intentionnelles

Cet homme de 41 ans, qui purge déjà une peine de prison à perpétuité depuis près de dix ans pour six crimes similaires, fait face dans la salle à des dizaines de proches de défunts réunis dans le centre polyvalent d’Oldenbourg, dans le nord-ouest de l’Allemagne, faute de place suffisante au tribunal.

Pendant cinq ans, d’abord dans l’hôpital d’Oldenbourg puis dans celui de la commune voisine de Delmenhorst, Niels Högel a injecté, selon l’accusation intentionnellement, à des patients des médicaments pour provoquer un arrêt cardiaque avant de tenter de les ranimer, le plus souvent sans succès.

Prouver ses talents de réanimation

Ses motifs : son désir de briller devant ses collègues en montrant ses talents de réanimation, et «l’ennui», selon le parquet. Il choisissait arbitrairement ses victimes, âgées de 34 à 96 ans. Les enquêteurs évaluent le nombre réel de ses victimes à plus de 200, mais impossible de le prouver car de nombreux patients ont été incinérés.

Surpris en 2005 en train d’injecter un produit non prescrit à un patient à Delmenhorst, Niels Högel avait été condamné en 2008 à 7 ans de prison pour tentative de meurtre. Il est incarcéré depuis 2009. Lors d’un deuxième procès en 2014/2015, il a été reconnu coupable de meurtres et tentatives de meurtres sur cinq autres personnes, et condamné cette fois à la prison à vie avec une peine de sûreté de 15 ans. Il avoue alors à son psychiatre au moins 30 meurtres de plus à Delmenhorst. Les enquêteurs étendent ensuite leurs recherches à l’hôpital d’Oldenbourg et procèdent à plus de 134 exhumations.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une