Expos, ciné, théâtre: qu’aller voir en cette semaine d’Halloween?

Le film «
Halloween
».
Le film « Halloween ».

Films d’Halloween

Chair de poule 2 : Les fantômes d’Halloween

Clairement destiné au jeune public qui a envie de s’amuser un peu mais pas forcément se faire très peur.

Halloween

Un film qui n’est pas le plus mauvais de la série, mais certainement pas le meilleur.

Hell fest

Ni flippant ni marrant (il y avait pourtant matière à second degré), à peine sanglant et pas très bien joué, Hell fest est comme ses «héroïnes» dans le labyrinthe: il tourne vite en rond.

Films * * * *

Girl

Lukas Dhont raconte un parcours initiatique fort avec une étonnante maturité et une bouleversante sensibilité.

Cold war

Une histoire d’amour passionnelle, qui ronge jusqu’à l’os dans une dimension presque mythique. Un récit qui happe le spectateur sans le prévenir et qui le touche au plus profond. Porté par un duo d’acteur saisissant, Cold war convainc tant par le fond que par la forme, loin de se résumer à une proposition uniquement artistique. Un coup de cœur.

The Sisters brothers

Ce film s’offre d’évidence avec une profondeur remarquable. C’est magistralement écrit, mis en scène et incarné.

Lire aussi Les films en salles

Théâtre

Anti-héros

Jusqu’au 17 novembre au TTO (Ixelles)

Achille Ridolfi signe une master class pleine de classe. Et même si ça ne vaut pas tripette sur un CV, ça vaut son pesant de rires sur une soirée. Venu prodiguer ses conseils aux jeunes qui voudraient se lancer dans le métier d’acteur, un conférencier mégalo fait participer son public, repère dans la foule les physiques de cinéma, déterre des souvenirs de repas de famille ou de casting cauchemardesques, commente des extraits de film. Mais derrière les feux de la rampe se devinent les failles d’une vie faite de mensonges. Drôle et décalé.

Un grand cri d’amour

Jusqu’au 18 novembre au Théâtre des Galeries (Bruxelles)

Daniel Hanssens met en scène une comédie écrite par Josiane Balasko. En plongeant dans les coulisses d’une pièce parisienne, il rend hommage au métier d’acteur. À cor et à cri (d’amour), Natacha Amal et Alain Leempoel tournent en dérision leur propre profession : égocentrismes, vanité, trahisons, peur de vieillir, hantise du passage à vide, manœuvres des agents, caprices de stars. Humour corrosif. Du Balasko pur jus.

Une vie sur mesure

Jusqu’au 3 novembre au Théâtre Le Public (Saint-Josse-ten-Noode)

Le tout jeune Pierre Martin (encore étudiant en batterie au Conservatoire) endosse ce solo percutant (et percussif) sur les traces d’un gamin pas comme les autres qui vit la vie comme on frappe la grosse caisse : à pleins tubes ! Sorte de croisement entre Ringo Starr et Forrest Gump, notre héros a le rythme dans la peau mais son cerveau, lui, fonctionne en tempo légèrement décalé. Enfant autiste et batteur virtuose, il avance dans la vie avec une naïveté touchante.

Blockbuster

Les 1er et 2 novembre au Parc à Mitrailles (Court-Saint-Etienne)

Puisant dans 144 films cultes américains, le collectif Mensuel remixe les images pour imaginer un scénario inédit. Tandis qu’à l’écran défile ce « mash-up » parodique, les comédiens assurent les bruitages et les voix, en direct sur la scène. De Wall Street à Rambo, Orange mécanique, Kill Bill ou James Bond, la pièce raconte la violence des classes dominantes à l’égard du peuple, le tout mis à la sauce belge. Brad Pitt se transforme en chômeur sexy, Judi Dench en ministre du Travail et Sean Penn en justicier wallon.

Dans l’atelier

Le 2 novembre au Palais des Beaux-Arts de Charleroi

En 15 minutes, Alain Moreau nous emballe un thriller jouissif dont le comique trash ferait pâlir d’envie Tarantino. Que les parents se rassurent, ils peuvent y emmener leurs enfants (à partir de 8 ans) !

Expositions

Jephan de Villiers, Voix et fragilités des mondes

Jusqu’au 16 décembre à la Galerie Marie-Ange Boucher (Watermael-Boitsfort)

Les pièces qui composent cette très belle exposition sont souvent très récentes et réellement bluffantes. Des idées nouvelles, des trouvailles concrètes mettent en lumière, dans une installation sobre et très réussie, l’incroyable imagination de la nature et bien sûr celle de l’artiste qui la débusque et la réécrit à sa façon.

Folon, Photos graphiques

Jusqu’au 25 novembre à la Fondation Folon (La Hulpe)

Jean-Michel Folon était aussi un passionné de photo. Ce parcours montre à quel point il creusait certaines thématiques, pas nécessairement en lien direct avec son travail dessiné ou sculpté.

Records and Rebels

Jusqu’au 10 mars à l’ING Art Center (Bruxelles)

Une expo sur la musique et les mouvements sociaux de 1966 à 1970. Muni d’un casque diffusant des titres pop et rock, on redécouvre tous les combats et avancées de l’époque. On ne s’ennuie pas une seconde et on apprend des tonnes de choses.

Lire aussi Les expos en cours

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite