La SNCB va dégainer les amendes administratives dès le 1er novembre (infographie)

À partir du 1er novembre, des agents constatateurs et sanctionnateurs faisant partie du personnel de la SNCB et d’Infrabel vont pouvoir infliger des amendes administratives pour lutter contre les comportements inappropriés à l’intérieur et à proximité des trains, a confirmé à Belga le cabinet du ministre de la Mobilité François Bellot. À cet effet, les agents devront être en possession d’une carte d’identification qu’ils devront toujours porter de manière visible.

Du côté d’Infrabel, le recours à une telle sanction pourra notamment être appliqué pour lutter contre les intrusions sur les voies (’trespassing’), à l’origine de nombreux retards, ainsi qu’aux comportements mettant en danger la conservation de l’infrastructure ferroviaire.

La SNCB, pour sa part, pourra dresser des contraventions à tout voyageur dépourvu d’un titre de transport valable ainsi que pour tous les comportements inciviques (tags, comportements déplacés, refus de laisser sa place à une personne handicapée, âgée ou à une femme enceinte, etc.). Quatre catégories d’amendes aux montants de base fixes de 50, 100, 250 ou 300 euros sont prévues.

► Le nouveau système de sanctions de la SNCB: à découvrir sur Le Soir+

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite