Des vestiges de la Collection Renand aux enchères

Cette nature morte de Cézanne a été payée un peu plus de 1,8 million d’euros.
Cette nature morte de Cézanne a été payée un peu plus de 1,8 million d’euros. - DR

Les plus âgés ou les plus passionnés se souviennent de la vente en quatre vacations d’une partie significative de la Collection Renand à Drouot-Montaigne entre 1987 et 1988. Une époque bénie pour le marché des impressionnistes et assimilés, dont le monde entier se disputaient les œuvres. Le Japon abritait alors quelques acheteurs voraces et Paris était encore une place internationale du marché de l’art. Il y a trente ans…

Georges Renand (1879-1968) fut l’un des plus importants collectionneurs du XXe siècle, à tout le moins pour ce qui concerne l’art français du XIXe siècle, ainsi que l’art moderne, ce qui inclut les impressionnistes précités. Mais sa collection faisait également quelques incursions dans d’autres domaines, comme l’art ancien, et l’on peut admirer aujourd’hui au Getty Museum l’un des chefs-d’œuvre de Paulus Potter, artiste hollandais du XVIIe siècle, Le cheval pie qui lui appartint.

Une provenance « Georges Renand » pour une œuvre d’art est donc gage de qualité. La fortune du collectionneur lui venait du grand magasin parisien La Samaritaine, une maison fondée en 1870 par Ernest Cognacq et qui fut rapidement un succès commercial qui ne cessa de s’amplifier. A sa mort en 1928, la direction est reprise par son petit-neveu Gabriel et par Georges Renand, qui avait fait la connaissance du premier au front pendant la Première Guerre mondiale. Les deux hommes firent prospérer l’affaire et les bénéfices permirent à Renand de s’offrir cette collection si réputée encore de nos jours.

Renand-Chapet

Jeannine Renand (1918-2017) était la fille du collectionneur et elle épousa Edouard Chapet, avec qui elle eut à cœur de collectionner, mais avec moins de moyens que son père et tout en s’ouvrant à l’art d’après la Seconde Guerre mondiale, avec la seconde Ecole de Paris (en achetant notamment Poliakoff et Estève). Comme l’indique le titre de la vente, il ne s’agit pas d’une dispersion Chapet-Renand, mais Renand-Chapet. Sotheby’s capitalise bien entendu sur le nom du collectionneur mythique, mais il faut reconnaître que les œuvres héritées du père furent les plus prisées.

Acquis lors de la vente Renand du 20 novembre 1987 par sa fille et son gendre, une nature morte de Paul Cézanne représentant des abricots et cerises sur une assiette, une œuvre peinte sur toile vers 1877-1879, changea de mains contre un peu plus de 1,8 million d’euros, soit non loin de son estimation basse. Un prix correct néanmoins pour cette œuvre de petites dimensions (15,8 par 22,2 centimètres seulement) que l’artiste n’avait même pas cru bon de signer.

«
Femme au panier
» par Georges Seurat s’est échangée sous son estimation basse contre 729.000 euros.
« Femme au panier » par Georges Seurat s’est échangée sous son estimation basse contre 729.000 euros. - DR

Même provenance pour un crayon sur papier exécuté deux ou trois ans plus tard par Georges Seurat et intitulé La femme au panier. Estimée entre 800.000 et 1.200.000 euros, cette feuille fut acquise contre 729.000 euros seulement.

Le troisième meilleur résultat de la session va également à une pièce ayant figuré dans les collections du père de Jeannine, à savoir une Tête en marbre de la petite Herculanaise, une œuvre sculptée vers le IIe siècle, une copie romaine d’une statue grecque datant du IVe siècle avant notre ère. Estimée entre 120.000 et 180.000 euros, cette pièce antique fut payée 309.000 euros.

Preuve de l’éclectisme de Georges Renand et de celui de sa fille, la présence dans la vente d’un chapiteau de la première moitié du XIIe siècle sculpté probablement au Nord de la Bourgogne et dont l’estimation préalable de 10.000 à 15.000 euros a été multipliée par plus de deux, en étant payé 37.500 euros. Un prix qui se situe déjà dans la bonne moyenne des résultats de cette vente. Terminons en précisant que la vente a rapporté (frais compris) un peu moins de 5,5 millions d’euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite