Accueil Société Régions Liège

Communales 2018: PS et PTB mettent fin aux discussions à Liège

Willy Demeyer (PS) a annoncé au PTB qu’il ne souhaitait plus poursuivre les négociations. « Le PS n’entend pas faire courir le risque de la spirale de l’endettement ni de la surtaxation massive des Liégeoises et des Liégeois », a expliqué le futur bourgmestre dans un communiqué.

Temps de lecture: 1 min

Nouveau rebondissement dans les négociations entre socialistes et marxistes en Wallonie. Après Seraing lundi soir, c’est à Liège que le PS a éjecté le PTB de la table des négociations.

Willy Demeyer (PS) a convoqué les représentants du PTB ce matin pour une réunion qui a lieu à 15 heures. Une heure plus tard, la discussion était terminée et le PS envoyait un communiqué expliquant que les deux partis étaient sur la même longueur d’onde mais que « les propositions du PTB manquent de précision et risquent de provoquer un grave déséquilibre du budget communal et un retour à la spirale de l’endettement ».

Du côté du PTB, on ne s’attendait pas à une telle réaction du PS.

Après les échecs à Molenbeek et Charleroi, les dernières villes où le PTB et le PS discutent sont Herstal et La Louvière.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mardi 30 octobre 2018, 18:54

    On pourrait penser à un poker menteur. qui dit vrai? Le PTB qui prétend se faire éconduire par un PS embourgeoisé ou le PS qui dénoncent un PTB peu réaliste. Les uns et les autres vont s'accuser mutuellement sans qu'on puisse obtenir la bonne réponse venant d'eux. Prenons alors le problème dans l'autre sens. Qu'est-ce que le PS avait a gagné et à perdre d'une participation du PTB à des alliances PS-PTB? A gagner : mouiller le PTB au pouvoir et démontrer au peuple soudain conquis par les marxistes tendances pif le chien que le PTB est loin d'avoir réponse à tout un fois aux manettes. Répondre aux électeurs qui ont demandé au PS via le vote PTB un coup de barre à gauche. A perdre : rien. En gros, c'est bien le PTB qui est arrivé manquant de préparation et de propositions réalistes aux négociations et le PS ne pouvait embarquer des communes qu'ils dirigent depuis des décennies dans des folles aventures. Pour ma part, il me suffit de lire les propositions du PTB rendues publiques pour Molenbeek suite à la rupture de négociation. Ces propositions certes sympathiques et progressistes pour nombre d'entre elles, étaient largement impayables. Reste à voir si le PS parviendra à faire comprendre aux électeurs que seul le vote utile permettra de tourner la page des années Michel-De Wever. Si on additionnait les vote PS et PTB, on obtiendrait 40%, un score monstre incontournable comme au temps du PS de Spitaels (1987). Avis aux électeurs de gauche, le purisme pétébéiste peut aboutir paradoxalement à une seconde suédoise...

  • Posté par Remi Baeyens, mardi 30 octobre 2018, 18:10

    Depuis quand les socialistes se préoccupent-ils de la surtaxation ? Ils en sont les plus gros responsables.

  • Posté par Deckers Björn, mardi 30 octobre 2018, 18:42

    Contrairement aux légendes urbaines qui voudrait que la gauche soit mauvaise gestionnaire et la droite rigoureuse, on est très souvent loin du compte. Ainsi, ce sont pendant les années Martens-Gol que la Beligique a connu son plus large endettement de ces dernières décennies et il a fallu attendre les années Dehaene-Di Rupo pour redresser la barre et faire entrer la Belgique dans les critères de Maastricht. Autre exemple, les libéraux sont tombés amoureux du Sale and lease back, on vend un bâtiment de l'Etat à un gestionnaire privé et puis on le loue à vie, (ou avez vous vu que c'est de la bonne gestion cela?). Autre exemple encore, sous CE gouvernement bien à droite on diminue les impôt progressif (proportionnels aux moyens de chacun) pour augmenter les impôts forfaitaires et de consommation. Pour nombre de citoyens, et en particuliers les revenus les plus faibles, la facture des taxes a augmenté sous ce gouvernement. Autre exemple encore, les libéraux aiment diminuer les impôts sans les gager financièrement. Hors, il s'agit d'une dépense fiscale et si celle-ci n'est pas gagée, cela augmentera la dette et il faudre, je vous le donne en mille, augmenter les taxes. C'est ici ce que nous allons connaître avec le tax-shift. Je vous fiche mon billet qu'on va planquer le cadavre sous le tapis pour après les législatives, et là on présentera la nouvelle note du tax-shift. Non vraiment, la droite n'a pas de leçon à donner à la gauche en matière de bonne gestion, pas même au niveau des taxes. Le gouvernement Michel prend son obole et pas moins que les autres!

  • Posté par Denoel Paul, mardi 30 octobre 2018, 17:56

    Bonjour,Quand je lis que des cadors de la FGTB insistent pour faire entrer le PTB dans la gestion communale,je pense qu'ils se trompent? Si ils estiment que le PTB est prêt pour le pouvoir,ils seraient bien plus crédible de mettre en place rapidement une table ronde regroupant :le PS,Ecolo,PTB,la FGTB et la CSC pour préparer un "PROGRAMME COMMUN "qui serait notre outil de gauche pour gouverner la Wallonie en mai 2019. Grâce a cette initiative ,les citoyens de gauches auront une vision de l'avenir de la Wallonie en cas de victoire en RW.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo