Bruxelles: Häagen-Dazs dédommage une cliente après avoir refusé l’entrée à son chien d’assistance

Bruxelles: Häagen-Dazs dédommage une cliente après avoir refusé l’entrée à son chien d’assistance

Le glacier Häagen-Dazs a reconnu avoir commis une erreur en interdisant à une Bruxelloise en chaise roulante d’entrer dans l’un de ses salons avec son chien d’assistance. Assigné en référé, «Häagen-Dazs a admis son manquement et a offert un dédommagement à Katherine», se réjouissent cette dernière, son avocate et la députée Carla Dejonghe mardi dans un communiqué.

Katherine Sokal, une Jettoise de 25 ans à mobilité réduite, avait raconté cet été sur les réseaux sociaux s’être vu refuser l’entrée du glacier Häagen-Dazs dans le quartier Louise parce qu’elle était accompagnée de Ned, son chien d’assistance. Son témoignage avait été partagé plus de 33.000 fois.

Une campagne de sensibilisation

Depuis, la jeune dame a mené une campagne de sensibilisation dans les commerces de la capitale avec l’aide de la députée bruxelloise Carla Dejonghe (Open Vld), elle-même investie comme famille d’accueil pour chiens d’assistance en formation. Toutes deux ont distribué des autocollants «Bienvenue aux chiens d’assistance» et rappelé que la loi permet à tous les chiens d’assistance d’accéder aux lieux ouverts au public.

Assignée devant le juge des référés, la chaîne Häagen-Dazs a quant à elle fait son mea culpa. Sur son site internet, l’enseigne assure que ses boutiques belges afficheront dorénavant l’autocollant en question et autoriseront les chiens d’assistance. «Nous veillerons à ce que tous les employés Häagen-Dazs en Europe comprennent et se conforment à cette politique», précise-t-elle.

Katherine Sokal versera le dédommagement qu’elle a reçu à l’ASBL Dyadis, qui a formé son chien Ned et financé l’impression des autocollants. «Ma cliente est très satisfaite. La boucle est bouclée. La firme qui, au départ, a refusé un chien d’assistance contribue maintenant à faire connaître l’accessibilité pour ces animaux. Un beau geste!», relève son avocat Me Marijn Van Nooten.

D’après une question parlementaire posée par Carla Dejonghe, sous cette législature, cinq plaintes ont été déposées contre des établissements qui refusaient l’accès aux chiens d’assistance. Mais beaucoup de personnes handicapées ne portent pas plainte, estime la députée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite