Bruxelles: Häagen-Dazs dédommage une cliente après avoir refusé l’entrée à son chien d’assistance

Bruxelles: Häagen-Dazs dédommage une cliente après avoir refusé l’entrée à son chien d’assistance

Le glacier Häagen-Dazs a reconnu avoir commis une erreur en interdisant à une Bruxelloise en chaise roulante d’entrer dans l’un de ses salons avec son chien d’assistance. Assigné en référé, «Häagen-Dazs a admis son manquement et a offert un dédommagement à Katherine», se réjouissent cette dernière, son avocate et la députée Carla Dejonghe mardi dans un communiqué.

Katherine Sokal, une Jettoise de 25 ans à mobilité réduite, avait raconté cet été sur les réseaux sociaux s’être vu refuser l’entrée du glacier Häagen-Dazs dans le quartier Louise parce qu’elle était accompagnée de Ned, son chien d’assistance. Son témoignage avait été partagé plus de 33.000 fois.

Une campagne de sensibilisation

Depuis, la jeune dame a mené une campagne de sensibilisation dans les commerces de la capitale avec l’aide de la députée bruxelloise Carla Dejonghe (Open Vld), elle-même investie comme famille d’accueil pour chiens d’assistance en formation. Toutes deux ont distribué des autocollants «Bienvenue aux chiens d’assistance» et rappelé que la loi permet à tous les chiens d’assistance d’accéder aux lieux ouverts au public.

Assignée devant le juge des référés, la chaîne Häagen-Dazs a quant à elle fait son mea culpa. Sur son site internet, l’enseigne assure que ses boutiques belges afficheront dorénavant l’autocollant en question et autoriseront les chiens d’assistance. «Nous veillerons à ce que tous les employés Häagen-Dazs en Europe comprennent et se conforment à cette politique», précise-t-elle.

Katherine Sokal versera le dédommagement qu’elle a reçu à l’ASBL Dyadis, qui a formé son chien Ned et financé l’impression des autocollants. «Ma cliente est très satisfaite. La boucle est bouclée. La firme qui, au départ, a refusé un chien d’assistance contribue maintenant à faire connaître l’accessibilité pour ces animaux. Un beau geste!», relève son avocat Me Marijn Van Nooten.

D’après une question parlementaire posée par Carla Dejonghe, sous cette législature, cinq plaintes ont été déposées contre des établissements qui refusaient l’accès aux chiens d’assistance. Mais beaucoup de personnes handicapées ne portent pas plainte, estime la députée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite