TravelBird en faillite: que devez-vous faire?

TravelBird en faillite: que devez-vous faire?

Les ennuis rencontrés depuis quelques temps déjà par l’organisateur de voyages TravelBird, d’origine néerlandaise mais actif (en ligne) en Belgique, l’ont conduit à cesser ces activités ce 31 octobre. Si l’organisme avait été affilié au Fonds de garantie voyages belge (GFG), peut-être les clients concernés auraient-ils eu la vie un peu plus facile. Car c’est en effet avec l’équivalent hollandais du GFG, le SGR, qu’il leur faudra traiter.

« Le fonctionnement est relativement comparable », dit-on cependant chez Test-Achats, vu que tout organisateur de voyages a l’obligation, en vertu du droit européen, de s’assurer auprès d’un tels fonds de garantie afin d’éviter que ses clients soient laissés en rade à l’autre bout du monde en cas de faillite.

En l’espèce, la procédure est expliquée, en néerlandais et en anglais, sur le site du SGR (www.sgr.nl), qui fait explicitement référence au cas de TravelBird.

Deux cas se présentent : soit vous êtes en voyage, soit vous avez réservé un voyage.

Si vous êtes actuellement en voyage, SGR a en quelque sorte délégué les modalités pratiques de la poursuite de celui-ci à une autre entreprise. En l’espèce : TUI, auquel il est conseillé de s’adresser via cette adresse mail  : travelbird@tui.nl.

Si vous avez réservé des vacances avec une date de départ jusqu’au 9 novembre inclus, c’est SGR qui reprend les obligations de TravelBird. Vous pouvez donc apparemment partir comme prévu. « Pour les dates de départ consécutives au 9 novembre, plus d’informations suivront », précise-t-on chez SGR, les voyageurs devant recevoir à ce sujet un courriel via l’adresse mail qu’ils avaient fournie à Travelbird au moment de la réservation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite