Polémique autour de la détention d’un singe à Tournai (vidéo)

Capture d’écran ©RTL-TVI
Capture d’écran ©RTL-TVI

C’est l’imbroglio concernant la détention d’un singe macaque par un couple de Tournaisiens. D’une part GAIA et le ministre Di Antonio veulent faire saisir l’animal, d’autre part «L’Unité du bien-être animal», la justice et les propriétaires refusent cette mesure.

La polémique qui tourne autour de ce singe a été évoquée par le groupe Sud Presse dans son édition de mercredi. Zelda est une femelle macaque de Barbarie née à Gibraltar. Ce singe magot a été acheté il y a 17 ans par un couple de Tournaisiens dans une animalerie de Dunkerque (F). En bonne et due forme, l’achat a été opéré bien avant l’adoption du code wallon du bien-être animal qui date de 2012.

Plainte déposée en 2016

Depuis 17 ans, Zelda vit seule chez ses propriétaires dans un garage du quartier St-Piat à Tournai. L’animal dispose de deux grands enclos, l’un à l’intérieur de l’habitation, l’autre donnant sur le jardin. Estimant que l’animal n’était pas bien traité, une dame qui avait aperçu la guenon enfermée dans le garage de l’habitation déposait, fin 2016, une plainte auprès de l’association «Animaux en péril».

En Belgique, la détention de certaines espèces d’animaux sauvages est interdite par la loi depuis 2009. «Cependant, les personnes qui possédaient déjà un animal sauvage avant l’entrée en application de cette loi ont l’autorisation de le garder, à condition que les conditions de détention soient conformes aux besoins de l’animal Malgré les conditions de vie misérables pour un tel animal, les services compétents n’ont rien fait pour sortir Zelda de sa prison», indique Michel Vandenbosch, le président de GAIA.

Celui-ci pointe du doigt l’UBEA, l’unité du bien-être animal. Informé en janvier 2017 de cette situation par «Animaux en péril» et par la «Ville de Tournai», le service d’inspection wallon chargé des contrôles et des saisies a opéré deux contrôles, l’un en mai 2017, l’autre en mai 2018. Selon ce service, le singe serait en bonne santé et les conditions de détention respecteraient les normes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite