Accueil Société

Des solutions pour mieux lutter contre le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire concerne un enfant sur trois à l’école. Dans le cadre du Pacte d’excellence, une série de mesures pour lutter contre le harcèlement à l’école sont prévues. Parmi elles, le gouvernement finance une formation à destination des éducateurs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

O .K. les enfants, c’est l’heure ! » lance Samira Lkoutbi. La vingtaine d’élèves de la classe de quatrième primaire de cette institutrice se lève comme un seul homme. Les uns poussent les tables, les autres rapprochent les chaises. La salle change de visage. Un cercle s’est formé. Parmi les enfants : June, petite blonde de six ans, dispose d’une série d’images en forme de visages sur le sol. Corentin, son camarade de classe, prend le premier la parole en rappelant les règles du groupe : « On ne nomme pas, on ne désigne pas, on n’accuse pas… »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Maison Médicale , vendredi 2 novembre 2018, 9:38

    Une formation des profs pour qu'ils ne harcèlent pas eux-mêmes serait bienvenue. Plusieurs cas vécus récemment: racisme, stigmatisation des différences... Pas de soutien des directions, et donc la seule solution est un changement d'école.

  • Posté par Bachelart Bernard, jeudi 1 novembre 2018, 21:16

    J'ai passé entre 1963 et 1966 les pires années de ma vie dans cette école. Je vois que le problème existe toujours plus de cinquante ans après. À l'époque, les méthodes "pédagogiques" des instituteurs étaient la cause principale, à mon sens, des harcèlements et ostracismes. L'espace insuffisant de la cour de récréation en était sans doute une autre. Je n'étais pas la seule victime. Un Africain et un Hongrois, arrivés après moi en classe l'ont été aussi, mais pas longtemps car ils étaient très costauds. Puis ce fut un petit blond, trop timoré pour se battre. L'instituteur attendait qu'il soit enseveli par ceux qui lui sautaient dessus pour venir le rechercher en-dessous de la meute. Les choses ont-elles vraiment changé dans l'esprit des instituteurs? Je l'espère. Depuis cette époque, je me sens toujours mal lorsque je suis trop entouré. Puisse ces nouvelles mesures empêcher que d'autres sortent de cette école marqués comme moi. Je souhaite le bonheur aux élèves de cette école.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs