Accueil Société

Le rythme fou des assistants en médecine à l’hôpital

Encore en formation, les assistants n’échappent pas au rythme effréné exigé dans les hôpitaux. Pour faire tourner leur service, ils enchaînent les heures. De façon illégale.

Temps de lecture: 2 min

Si vous vous rendez cette nuit aux urgences dans un hôpital belge, il y a de fortes chances que vous soyez reçu par un ou une assistante, comme Hélène. Ces jeunes médecins ont choisi de se spécialiser en un domaine : gynécologie, pneumologie, pédiatrie… Pour ce faire, ils travaillent à temps plein pendant cinq ou six ans dans des hôpitaux. Ils deviennent rapidement « un tout petit, mais essentiel rouage  » d’un système hospitalier qui trop souvent, les épuise.

Encore en formation, les assistants n’échappent pas au rythme effréné exigé dans les hôpitaux. Pour faire tourner leur service, ils enchaînent les heures. De façon illégale. Et ces heures qui dépassent les maxima autorisés, «  elles disparaissent  » relate Charlotte, assistante pédiatre. Dans un de ses lieux de stage, la responsable des ressources humaines lui a demandé de falsifier ses grilles horaires pour que l’hôpital ne soit pas en défaut vis-à-vis de l’université – et de la loi. Plusieurs témoignages confirment ces pratiques.

► «Après une garde de 24h, je me sens juste… abîmée»: l’enfer des assistants en médecine à l’hôpital, un témoignage à découvrir sur Le Soir+.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko