Accueil Belgique Politique

Stijn Baert: «Oui, il faut accélérer la baisse des allocations de chômage dans le temps»

Stijn Baert (UGand) a convaincu le gouvernement de faire baisser davantage les allocations dans le temps. Cette réforme, qui doit aboutir ce mois-ci, fait polémique. Pour le chercheur, elle n’est pas anti-sociale.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 7 min

Cet été, le gouvernement fédéral a décidé de modifier le système de payement des allocations de chômage. Dans le courant de ce mois de novembre qui commence, il devrait présenter une proposition visant à accroître l’allocation juste après la perte d’emploi. Mais dans un second temps, cette allocation va baisser plus vite dans le temps que dans le système actuel. Dans l’optique gouvernementale, c’est juste après la perte d’emploi que les besoins financiers sont les plus importants : il faut s’adapter, continuer à payer, le cas échéant, son crédit hypothécaire, et financer ses démarches de recherche d’emploi. Ensuite, estime le gouvernement, faire baisser l’allocation va inciter les demandeurs d’emploi à multiplier les démarches de recherche d’un job. Dit plus crûment : le manque de ressources financières incitera à des démarches plus actives.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Robert Moor, dimanche 4 novembre 2018, 16:21

    Quelle triste opinion ! Ce Professeur d'université est vraiment très loin de la vie difficile des demandeurs d'emploi !

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 3 novembre 2018, 9:42

    L'étape suivante sera de détruire les tribunaux et les auditorats du travail.

  • Posté par Brasseur Michel, samedi 3 novembre 2018, 9:30

    Le réel problème est qu'on exempte entièrement les sociétés de leur rôle social, pourtant essentiel, et qui fait bien partie de leur tâche: garder leurs employés, les former pour qu'ils contribuent à l évolution de la société en apprenant des choses nouvelles. Évidemment si elles continuent à considérer les salariés comme des citrons-kleenex, on aura toujours des économistes qui tentent de résoudre l insoluble...

  • Posté par Brasseur Michel, vendredi 2 novembre 2018, 22:47

    L UGent, n'est ce pas la brillante université qui abrite dans son CA les jeunes gens de Schild & Vrienden? Quand je pense que certains veulent fermer des mosquées...

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 2 novembre 2018, 21:52

    Peut-être faudrait-il commencer par obliger les entreprises à engager des personnes de + de 50 ans! Les jeunes retrouveront du travail, mais les anciens... quid? D'autre part, l'employeur engage une personne qui lui permet de bénéficier d'une aide de l'Etat; quand cette aide expire, il licencie le travailleur sous un faux prétexte et réengage un autre qui lui permet de bénéficier à nouveau de cette aide. Où est la possibilité de se réinsérer dans le circuit du travail?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs