Bruxelles exige la fin du monopole linguistique du Selor

©D.R
©D.R

Le gouvernement bruxellois met le Fédéral en demeure de mettre fin au monopole du Selor en matière de certification linguistique, rapporte L’Echo vendredi. Un arrêt de la Cour constitutionnelle avait déterminé dès 2015 que d’autres organismes peuvent valider les compétences linguistiques.

La secrétaire d’État régionale en charge de la fonction publique, Fadila Laanan (PS), a envoyé une mise en demeure il y a deux semaines au ministre de l’Intérieur, le N-VA Jan Jambon.

Pas de possibilité de dérogation

S’en référant à un arrêt de la Cour constitutionnelle rendu en octobre 2017, elle «regrette de devoir constater qu’à ce jour le législateur fédéral n’a toujours pas instauré de possibilité de dérogation en matière de délivrance des attestations de connaissances linguistiques pour les services locaux de la Région bilingue de Bruxelles-Capitale». La socialiste juge que l’apathie du niveau fédéral dans ce dossier est préjudiciable à l’institution régionale et aux communes.

La Région de Bruxelles-Capitale qui peine parfois à recruter un personnel qualifié en raison d’exigences de bilinguisme, liées à son statut bilingue.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite