Football Leaks: les secrets inavouables de la Fifa

Football Leaks: les secrets inavouables de la Fifa

Le Suisse Gianni Infantino a été élu à la tête de la Fifa en promettant de faire le ménage dans la plus grande organisation sportive du monde. Une fuite de documents montre qu’il n’a pas tenu parole.

Les enquêteurs de la Commission d’éthique, le Suisse Cornel Borbély et l’Allemand Hans-Joachim Eckert, à l’origine de la suspension de Sepp Blatter et de Michel Platini, président de l’UEFA, ont été remplacés par Maria Claudia Rojas, une « supermiga » du président de la Fédération colombienne. La raison ? Des enquêteurs trop zélés à son goût.

Les révélations ne s’arrêtent pas là. Des échanges entre Infantino, des proches de Donald Trump et le président américain lui-même laissent planer le doute sur l’attribution « juste et transparente » de la Coupe du monde 2026 à la candidature conjointe des Etats-Unis, du Mexique et du Canada.

En cas de pépin, le président de la Fifa peut compter sur son ami Rinaldo Arnold, premier procureur de la région du Haut-Valais, qu’il connaît depuis l’adolescence. Le premier procureur valaisan joue le rôle de conseiller de l’ombre pour le président de la Fifa.

Mais ce n’est pas tout. Lors de la saison 2013-2014, pour la première fois, les clubs qualifiés pour une compétition européenne devaient autoriser l’UEFA à examiner leur comptabilité dans le cadre du fair-play financier. Pendant plusieurs mois, l’UEFA a enquêté sur neuf clubs dont elle soupçonne qu’ils ont commis de graves violations, ou qu’ils continuent de violer le nouvel ensemble de règles budgétaires, dont Manchester City et le Paris Saint-Germain. C’était sans compter sur l’aide de Gianni infantino, alors Secrétaire général de l’UEFA, qui a exercé des pressions l’Instance de contrôle financier des clubs.

► Toutes les révélations sur le président de la Fifa sont à découvrir sur Le Soir+

► Fair-play financier: comment l’UEFA a protégé le PSG

Abonnez-vous pour ne rien manquer des révélations sur les football leaks

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite