Les Football Leaks, saison 2

Les Football Leaks, saison 2

Début 2018, une source se faisant appeler John a transmis à nos collègues de Der Spiegel des dizaines de millions de documents, qui ont été partagés avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC) – dont fait partie Le Soir. Plus de 80 journalistes et techniciens relevant de quinze médias européens ont joint leurs efforts pendant plus de huit mois pour cette enquête qui, à l’heure où nous la publions, s’appuie sur 70 millions de documents. Ou pour l’écrire autrement, 3,4 teraoctets (To) de données. Ce qui en fait non seulement la plus grande enquête jamais menée dans le monde du sport mais également le « leak » le plus important de l’histoire du journalisme.

Analysant cette masse de documents et sollicitant de nombreuses autres sources, Der Spiegel, Le Soir et leurs partenaires ont ainsi collaboré pour exposer à la lumière du jour les petits arrangements entre amis, souvent secrets et douteux, qui régissent l’industrie du football.

Les résultats de cette investigation internationale seront dévoilés tout au long de ce mois de novembre par Der Spiegel, Le Soir et les autres médias membres du réseau EIC. Bienvenue pour la saison 2 de Football Leaks.

A l’attention des oublieux et des distraits néanmoins, un bref résumé des épisodes précédents : dans sa première saison, programmée en décembre 2016, Football Leaks avait notamment révélé les contrats abracadabrantesques de certains joueurs, dénoncé le comportement d’agents et d’intermédiaires à la moralité discutable, expliqué comment Cristiano Ronaldo, Angel Di Maria, Radamel Falcao et José Mourinho, pour ne citer qu’eux, avaient dissimulé une partie de leur fortune aux services des impôts… Des enquêtes fiscales et judiciaires ont depuis lors été ouvertes dans plusieurs pays, dont la France et l’Espagne.

Cette fois, davantage que les turpitudes d’individus, ce sont celle du système tout entier qu’exposent le réseau EIC et ses partenaires : par leurs agissements, quelques-uns des plus grands clubs de la planète mais également la Fifa et l’UEFA elles-mêmes ont fait du sport le plus populaire au monde une industrie minée par l’appât du gain, le mépris des spectateurs, l’abus de pouvoir, le sentiment d’impunité. A lire dans Le Soir jusqu’à la fin de ce mois de novembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite