Les Football Leaks, saison 2

Les Football Leaks, saison 2

Début 2018, une source se faisant appeler John a transmis à nos collègues de Der Spiegel des dizaines de millions de documents, qui ont été partagés avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC) – dont fait partie Le Soir. Plus de 80 journalistes et techniciens relevant de quinze médias européens ont joint leurs efforts pendant plus de huit mois pour cette enquête qui, à l’heure où nous la publions, s’appuie sur 70 millions de documents. Ou pour l’écrire autrement, 3,4 teraoctets (To) de données. Ce qui en fait non seulement la plus grande enquête jamais menée dans le monde du sport mais également le « leak » le plus important de l’histoire du journalisme.

Analysant cette masse de documents et sollicitant de nombreuses autres sources, Der Spiegel, Le Soir et leurs partenaires ont ainsi collaboré pour exposer à la lumière du jour les petits arrangements entre amis, souvent secrets et douteux, qui régissent l’industrie du football.

Les résultats de cette investigation internationale seront dévoilés tout au long de ce mois de novembre par Der Spiegel, Le Soir et les autres médias membres du réseau EIC. Bienvenue pour la saison 2 de Football Leaks.

A l’attention des oublieux et des distraits néanmoins, un bref résumé des épisodes précédents : dans sa première saison, programmée en décembre 2016, Football Leaks avait notamment révélé les contrats abracadabrantesques de certains joueurs, dénoncé le comportement d’agents et d’intermédiaires à la moralité discutable, expliqué comment Cristiano Ronaldo, Angel Di Maria, Radamel Falcao et José Mourinho, pour ne citer qu’eux, avaient dissimulé une partie de leur fortune aux services des impôts… Des enquêtes fiscales et judiciaires ont depuis lors été ouvertes dans plusieurs pays, dont la France et l’Espagne.

Cette fois, davantage que les turpitudes d’individus, ce sont celle du système tout entier qu’exposent le réseau EIC et ses partenaires : par leurs agissements, quelques-uns des plus grands clubs de la planète mais également la Fifa et l’UEFA elles-mêmes ont fait du sport le plus populaire au monde une industrie minée par l’appât du gain, le mépris des spectateurs, l’abus de pouvoir, le sentiment d’impunité. A lire dans Le Soir jusqu’à la fin de ce mois de novembre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite