Les Football Leaks, saison 2

Edition numérique des abonnés

Début 2018, une source se faisant appeler John a transmis à nos collègues de Der Spiegel des dizaines de millions de documents, qui ont été partagés avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC) – dont fait partie Le Soir. Plus de 80 journalistes et techniciens relevant de quinze médias européens ont joint leurs efforts pendant plus de huit mois pour cette enquête qui, à l’heure où nous la publions, s’appuie sur 70 millions de documents. Ou pour l’écrire autrement, 3,4 teraoctets (To) de données. Ce qui en fait non seulement la plus grande enquête jamais menée dans le monde du sport mais également le « leak » le plus important de l’histoire du journalisme.

Analysant cette masse de documents et sollicitant de nombreuses autres sources, Der Spiegel, Le Soir et leurs partenaires ont ainsi collaboré pour exposer à la lumière du jour les petits arrangements entre amis, souvent secrets et douteux, qui régissent l’industrie du football.

Les résultats de cette investigation internationale seront dévoilés tout au long de ce mois de novembre par Der Spiegel, Le Soir et les autres médias membres du réseau EIC. Bienvenue pour la saison 2 de Football Leaks.

A l’attention des oublieux et des distraits néanmoins, un bref résumé des épisodes précédents : dans sa première saison, programmée en décembre 2016, Football Leaks avait notamment révélé les contrats abracadabrantesques de certains joueurs, dénoncé le comportement d’agents et d’intermédiaires à la moralité discutable, expliqué comment Cristiano Ronaldo, Angel Di Maria, Radamel Falcao et José Mourinho, pour ne citer qu’eux, avaient dissimulé une partie de leur fortune aux services des impôts… Des enquêtes fiscales et judiciaires ont depuis lors été ouvertes dans plusieurs pays, dont la France et l’Espagne.

Cette fois, davantage que les turpitudes d’individus, ce sont celle du système tout entier qu’exposent le réseau EIC et ses partenaires : par leurs agissements, quelques-uns des plus grands clubs de la planète mais également la Fifa et l’UEFA elles-mêmes ont fait du sport le plus populaire au monde une industrie minée par l’appât du gain, le mépris des spectateurs, l’abus de pouvoir, le sentiment d’impunité. A lire dans Le Soir jusqu’à la fin de ce mois de novembre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite