Communales à Liège: pour Christine Defraigne, «les choses étaient inconciliables avec le PTB»

Edition numérique des abonnés

Le MR revient à Liège après 36 ans d’opposition, et Christine Defraigne fait le choix de sa ville, en abandonnant son poste au Sénat pour devenir première échevine, après un pré-accord avec le PS.

Mais quid du PTB, avec qui des discussions étaient également envisagées ? Willy Demeyer (PS) a annoncé au PTB le 30 octobre dernier qu’il ne souhaitait plus poursuivre les négociations. « Le PS n’entend pas faire courir le risque de la spirale de l’endettement ni de la surtaxation massive des Liégeoises et des Liégeois », avait expliqué le futur bourgmestre dans un communiqué. Le PS discute depuis exclusivement avec le MR

Christine Defraigne s’est exprimée ce samedi dans La Libre et estime que les choses étaient « inconciliables avec le PTB ». La future échevine évoque principalement la situation financière de la ville. « La situation financière difficile de Liège rendait les propositions du PTB irréalistes », a-t-elle déclaré. « D’autre part, il est faux de dire que ce préaccord (avec le PS, NDLR) est arrivé rapidement. J’ai eu quelques nuits d’insomnie depuis le scrutin. Les choses ont nécessité de nombreuses heures de discussions. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite