Communales à Liège: pour Christine Defraigne, «les choses étaient inconciliables avec le PTB»

Communales à Liège: pour Christine Defraigne, «les choses étaient inconciliables avec le PTB»

Le MR revient à Liège après 36 ans d’opposition, et Christine Defraigne fait le choix de sa ville, en abandonnant son poste au Sénat pour devenir première échevine, après un pré-accord avec le PS.

Mais quid du PTB, avec qui des discussions étaient également envisagées ? Willy Demeyer (PS) a annoncé au PTB le 30 octobre dernier qu’il ne souhaitait plus poursuivre les négociations. « Le PS n’entend pas faire courir le risque de la spirale de l’endettement ni de la surtaxation massive des Liégeoises et des Liégeois », avait expliqué le futur bourgmestre dans un communiqué. Le PS discute depuis exclusivement avec le MR

Christine Defraigne s’est exprimée ce samedi dans La Libre et estime que les choses étaient « inconciliables avec le PTB ». La future échevine évoque principalement la situation financière de la ville. « La situation financière difficile de Liège rendait les propositions du PTB irréalistes », a-t-elle déclaré. « D’autre part, il est faux de dire que ce préaccord (avec le PS, NDLR) est arrivé rapidement. J’ai eu quelques nuits d’insomnie depuis le scrutin. Les choses ont nécessité de nombreuses heures de discussions. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite