Accueil Société

La Justice ordonne à Albert II de faire un test ADN : «La question n’est pas d’actualité», répond son avocat

Le roi Albert II décidera ou non de se pourvoir en cassation, précise Alain Berenboom, son avocat.

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 2 min

Alain Berenboom, l’avocat d’Albert II, ne commente pas l’arrêt de la cour d’appel du 25 octobre dernier qui juge que Jacques Boël n’est pas le père biologique de Delphine Boël et que la recherche d’une filiation par cette dernière est dès lors fondée. Arrêt qui ordonne encore à Albert II de se soumettre à un test génétique dans les trois mois. Bien sûr, l’avocat royal préférait les deux jugements de première instance qui avaient décidé que Jacques Boël était bien le père de Delphine, étant donné la possession d’Etat qui les avait liés (le fait qu’ils se soient comporté comme père et fille durant de nombreuses années). Il relève d’ailleurs la contradiction entre ces jugements.

Alors, Albert II se pourvoira-t-il en cassation pour contester ce jugement en appel (concernant la non-paternité de Jacques Boël) ? «  Nous prendront la décision dans les semaines qui viennent  », nous répond Alain Berenboom. Après consultation de son client et d’un avocat près la Cour de cassation.

Et Albert II se soumettra-t-il au test ADN ordonné par la cour d’appel ? « La question n’est pas d’actualité car le volet contestation de paternité de Jacques Boël est vidé en cour d’appel mais pas définitivement tranché, explique-t-il. Ce ne le sera que s’il n’y a pas pourvoi en cassation ou quand la Cour de cassation se sera prononcée. » On ne saura qu’à ce moment si Albert II obtempère. Sachant qu’en matière civile, on ne peut obliger quelqu’un à se soumettre à un test génétique, en raison de la protection de son intégrité physique. Donc malgré que la cour ordonne ce test, si Albert II ne s’y soumet pas, il ne risque aucune sanction. Par contre, la Justice peut alors considérer qu’il s’agit en quelque sorte d’un aveu, que la présomption de paternité se renforce et, in fine, reconnaître la paternité forcée.

On n’en est pas là.

Réponse, dans les semaines qui viennent d’abord, sur le pourvoi ou non en cassation.

 

À lire aussi Delphine Boël: un besoin d’identité

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Roland MARTIN, mardi 6 novembre 2018, 11:03

    Lâcheté, hypocrisie, justice à 2 vitesses ... Beurk !

  • Posté par Giot Francis, lundi 5 novembre 2018, 20:28

    la seule solution pour encore tenter de sortir par le haut serait pour Albert de reconnaître Delphine directement sans passer par toutes ces procédures... C'est ce qu'il aurait dû faire depuis bien longtemps... De toutes façons lui et Paola ont été et resteront des parents indignes aux yeux de beaucoup mais il reste sans doute quelques royalistes attardés qui continueront sans doute à les soutenir... s'ils n'étaient pas de sang bleu ont dirait que ce sont des "baraquis" ou des "rawijeux"...

  • Posté par Dessers Jacques, lundi 5 novembre 2018, 16:00

    Quand on veut à tout prix se maintenir au-dessus des lois .... Un simple citoyen n'aurait même pas à remettre ces décisions en cause. C'est honteux qu'à son âge il n'ait pas suffisamment de courage pour reconnaître une erreur de jeunesse ( et une filiation déjà reconnue à demi-mots ) et faire droit à une demande légitime . J'aime bien Albert II mais là, il est franchement pathétique !

  • Posté par Coets Jean-jacques, lundi 5 novembre 2018, 16:12

    Je suis d'accord avec vous mais comme le pense certains "spécialistes" il doit y avoir des "paroles données" derrière tout cela. C'est Fabiola qui est intervenue pour éviter le divorce entre Albert et Paola. Il n'est pas fou d'imaginer qu'elle ait pu obtenir quelques "serments" en échange de son intercession et la bénédiction de Baudouin.

  • Posté par Ghysels Philippe, lundi 5 novembre 2018, 15:52

    Globalement, on s'en moque...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko