Restructuration de l’Avenir: le prochain conseil d’entreprise extraordinaire aura lieu vendredi matin

©Belga
©Belga

Un conseil d’entreprise extraordinaire s’est tenu lundi matin aux Editions de l’Avenir. La direction a répondu à une soixantaine de questions sur le sort du personnel des services administratifs et commerciaux. «Elle a confirmé sa volonté d’avancer sur le volet social, en privilégiant les prépensions», a rapporté Olivier Cattelain, permanent syndical de la CNE.

«La direction a expliqué qu’il s’agit d’un redéploiement plus que d’une restructuration pour raisons économiques. Elle veut un nouveau projet industriel, notamment pour faire face à la perte de lectorat des journaux papiers. Mais nous avons encore pas mal de questions à poser et il est trop tôt pour commenter ce plan», a ajouté M. Cattelain.

Supression de 60 équivalents temps plein

Fin octobre, la direction des Editions de l’Avenir a annoncé son intention de supprimer 60 équivalents temps plein sur un total de 280 travailleurs.

L’impact pour le service rédactionnel, qui représente deux tiers du personnel, sera abordé lors d’un prochain conseil d’entreprise extraordinaire prévu vendredi à 10h00.

Le sort de Philippe Lawson, le directeur des rédactions presse des Editions de l’Avenir (L’Avenir, lavenir.net, JDE, Proximag) et de L’Avenir Hebdo (Télé Pocket, Moustique), désavoué par les travailleurs lors d’une assemblée générale, devrait également y être évoqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite