Restructuration aux Editions de l’Avenir: Jeholet appelle Nethys «à prendre en considération» l’offre d’IPM

©D.R
©D.R

I l n’y aura pas 36.000 offres comme celle d’IPM » pour les Editions de l’Avenir, a affirmé mardi, en commission du Parlement de Wallonie, le ministre régional de l’Economie, Pierre-Yves Jeholet (MR), en appelant Nethys et ses actionnaires «  à prendre en considération cette offre très concrète et qui a du sens ».

Fin octobre, Nethys avait sèchement réagi aux déclarations de François le Hodey, l’administrateur délégué d’IPM (la Libre Belgique, La Dernière Heure), disant son groupe «  prêt à racheter L’Avenir sans licenciement collectif ». «  L’Avenir n’est pas à vendre », avait rétorqué Nethys qui a l’intention d’y supprimer une soixantaine d’équivalents temps plein dans le cadre d’un « plan de redéploiement ».

«  Quand Nethys a racheté les Editions de l’Avenir en 2013, nous estimions que ce n’était pas un choix opportun mais on nous a assurés que cette opération allait créer des synergies. Aujourd’hui, nous devons constater que ce n’est pas le cas et je doute que ces synergies puissent voir le jour dans les années à venir », a rappelé ce mardi Pierre-Yves Jeholet.

«  Il est temps que les instances de Nethys soient plus claires vis-à-vis de leurs différentes activités afin de définir un nouveau modèle et de voir ce qui reste dans le giron public », a ajouté le ministre selon qui le débat sur l’Avenir, et plus généralement sur le pluralisme de la presse au sud du pays, «  constitue un enjeu démocratique ». Face à cette évidence, «  je ne comprends pas la réaction de Nethys car je ne suis pas convaincu qu’il y aura une multitude de solutions, à part celle proposée par IPM », a encore indiqué M. Jeholet.

Concurrence et pluralisme du secteur

Un rapprochement avec Rossel, souvent évoqué, mettrait en effet en danger la concurrence et le pluralisme du secteur. Quant à un portage de la Région en attendant de trouver un repreneur pour pérenniser l’activité, «  il faudrait d’abord que Nethys soit vendeur et que les outils économiques wallons disposent d’une analyse précise des chiffres, ce qui n’est actuellement pas le cas », a conclu le ministre.

Le dossier reviendra sur la table du parlement wallon jeudi, avec un débat prévu en commission conjointe de l’Economie et des Médias (pour le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles) sur le secteur de la presse et notamment les Editions de l’Avenir. Doivent y être entendus, notamment, François le Hodey, CEO d’IPM, Bernard Marchant, CEO de Rossel, Jos Donvil, administrateur délégué des Editions de l’Avenir ainsi que plusieurs représentants des travailleurs du quotidien.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite