En France, depuis 15h35, les femmes travaillent gratuitement

En France, depuis 15h35, les femmes travaillent gratuitement

Selon le site féministe Les Glorieuses, les salariées françaises travaillent bénévolement depuis le 6 novembre 15h35. C’est l’heure exacte à partir de laquelle le salaire des hommes dépasse en cumulé sur une année complète celui des femmes.

En 2017, le site féministe avait daté la bascule au 3 novembre 11h44. Signe que les temps changent, les femmes ont grignoté 3 jours de plus vers l’égalité des salaires. Mais le chemin s’annonce long. « À ce rythme-là, l’égalité est pour 2168 », indique Les Glorieuses.

« À travail égal, en prenant en compte les tranches d’âge, le contrat, le temps, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise, l’écart de salaire entre les femmes et les hommes est de 9 %. Il s’agit de discrimination pure », peut-on lire sur le site.

« Les chiffres de 2015 publiés par l’INSEE en septembre 2018 permettent de mettre en lumière que les revenus perçus par les femmes (17740) sont de 23,7 % inférieurs à ceux des hommes (23260). En d’autres termes, les hommes perçoivent 31,1 % de plus que les femmes. Comme le précise l’INSEE, ‘le revenu salarial est calculé sur l’ensemble des salariés’. »

Le site lance une pétition pour réclamer des actions de la part du gouvernement, notamment la transparence des salaires au sein des entreprises.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite