A Marseille, les immeubles qui se sont effondrés connaissaient de multiples fragilités (photos et vidéo)

Un immeuble condamné qui tombe en déliquescence, un mur porteur qui s’abîme, des fissures, des procédures qui se multiplient : les trois immeubles qui se sont effondrés à Marseille lundi, faisant au moins 3 morts, connaissaient des fragilités, connues des propriétaires et de la mairie, selon des éléments recensés par l’AFP.

La polémique sur l’état de nombreux immeubles anciens et dégradés dans le centre-ville de la cité phocéenne a été relancée par l’effondrement lundi de ces trois immeubles, dont deux étaient murés et a priori inhabités. Le troisième, au 65 rue d’Aubagne, était une copropriété, gérée par le syndic marseillais Liautard.

Ce syndic a assuré mardi à l’AFP avoir pris toutes les mesures utiles pour la sécurité. «Il ne s’agissait pas d’un immeuble mal habité ou de marchands de sommeil. Nous avons une trésorerie saine, dès qu’il y avait des travaux à faire nous les avons faits», a déclaré le responsable du syndic Jean-François Valenti.

Deux maçons intervenus en octobre dans les caves ont toutefois assuré à l’AFP y avoir vu un mur porteur à moitié écroulé:«En fait, cet immeuble tenait sur trois pattes» a résumé l’un d’eux, Christophe Ignacio. En 2017 déjà, un arrêté de péril imminent avait été pris pour l’un des appartements de l’immeuble, dont le plancher des toilettes et de la cuisine, pourri, s’était partiellement effondré.

Malgré des signaux d’alerte, le syndic assure avoir suivi les recommandations. «Il y a eu deux expertises dans les 15 jours avant que l’immeuble ne tombe», a-t-il souligné: «On a réagi, on a fait venir la mairie qui a décidé que ce n’était pas grave, c’est le drame».

Plusieurs procédures

Le 18 octobre, les habitants ont été évacués en catastrophe, par nacelle, car une cloison du hall d’entrée avait énormément gonflé et menaçait de céder. La municipalité a fait expertiser les lieux, ordonné des travaux de soutènement que le syndic assure avoir réalisé immédiatement. Les habitants, sauf un, ont ensuite pu regagner leurs logements «sur recommandation de l’expert mandaté par la justice», a souligné la mairie.

Deuxième occasion manquée selon M. Valenti, une semaine plus tard, il participe à une seconde expertise portant sur l’immeuble voisin, 63 rue d’Aubagne, acquis par la ville de Marseille après 10 ans de procédure et appartenant aujourd’hui au bailleur social Marseille Habitat. La mairie affirme l’avoir «muré et sécurisé afin d’en empêcher l’accès» depuis cette date.

Mais les lieux sont «tombés en déliquescence», ce qui a pu entraîner l’effondrement de l’ensemble selon lui : «La moitié de la toiture n’était plus en place, il n’y avait plus de fenêtres, plus de portes, et il n’y avait plus les poutres qui maintenaient (les deux immeubles voisins) et faisaient ossature», selon lui. Pour autant, aucun ordre d’évacuation du 65 rue d’Aubagne n’est donné.

La mairie, qui a avancé l’hypothèse que la pluie ait provoqué le drame, a de son côté souligné un autre élément qui témoigne de la fragilité de ces immeubles : la copropriété du 65 faisait l’objet d’une procédure judiciaire lancée contre elle par les voisins du troisième immeuble, 67 rue d’Aubagne, concernant l’instabilité d’un mur mitoyen. Marseille Habitat s’y était associé, a rappelé la mairie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite