Accueil Société

Atar est mort, «tout le monde est d’accord mais personne ne l’écrit»

Des services de renseignement étrangers l’affirment : le cerveau des attentats de Paris a été éliminé il y a un an. Pourtant, sa mort n’a jamais été annoncée officiellement, ni même notifiée aux autorités belges, qui doutent encore.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Oussama Atar est mort. Sans l’ombre d’un doute. Le terroriste belge a été fauché le 17 novembre 2017 par une frappe de la coalition. C’est ce qui ressort d’une enquête sur les services secrets de l’État islamique menée par un journaliste de Mediapart. Dans son ouvrage Les Espions de la Terreur qui vient de paraître, Mathieu Suc affirme avoir obtenu de la DGSE (la direction générale de la sécurité extérieure française) et du Mossad la confirmation officieuse qu’Oussama Atar, alias Abou Ahmed al-Iraki, faisait partie des sept hauts cadres de Daesh impliqués dans la tuerie du 13 novembre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs