Accueil Monde États-Unis

Midterms: les démocrates reprennent le Congrès aux Républicains mais échouent au Sénat

Jamais autant de femmes, ni de femmes issues de minorités, n’ont été élues, surtout du côté démocrate.

Temps de lecture: 3 min

Les Américains ont voté en masse pour les élections de mi-mandat alors que Donald Trump suivait les résultats depuis la Maison-Blanche et a parlé «d’énorme succès».

Le premier enseignement de ces élections est que les démocrates s’emparent de la Chambre des représentants, tandis que les républicains gardent le Sénat, avec de chaque côté des batailles locales haletantes.

Les démocrates, vainqueurs à la Chambre

Les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants, surfant sur l’indignation contre Donald Trump et la promesse de protéger la couverture santé, sans toutefois transformer l’essai d’une «vague» annoncée.

Ils ont déjà arraché 26 sièges aux républicains, dont quatre en Pennsylvanie, mais aussi en Floride, dans le Colorado, le Kansas, le New Jersey, à New York ou en Virginie.

Le scrutin a été marqué par un nombre important de femmes, de jeunes et de candidats issus des minorités ethniques et sexuelles. Les démocrates Ilhan Omar (Minnesota) et Rashida Tlaib (Michigan) sont les premières femmes musulmanes à être élues au Congrès, et Sharice Davids (Kansas) la première Amérindienne. Alexandria Ocasio-Cortez (New York), membre de l’aile gauche du parti démocrate, est, elle, devenue à 29 ans la benjamine du Congrès.

La cheffe des démocrates à la Chambre, Nancy Pelosi, a promis mardi un nouvel équilibre des pouvoirs aux Etats-Unis, alors que les Américains ont montré selon elle qu’ils en avaient«assez des divisions».

La Chambre basse est composée de 435 sièges, renouvelés entièrement tous les deux ans. Les démocrates devaient enlever 23 sièges républicains pour gagner la majorité. Le site indépendant Cook Political Report prévoit qu’ils s’emparent d’au moins 30 sièges.

Les républicains gardent le Sénat

Au Sénat, les républicains gardent la majorité, selon les médias, favorisés par une carte électorale avantageuse. Les démocrates étaient en effet forcés de défendre dix sièges dans des États pro-Trump.

Ils ont résisté mieux que prévu en Virginie-Occidentale et dans le New Jersey. Mais ils ont perdu tôt dans la soirée l’État clé de l’Indiana et le Dakota du Nord, terres conservatrices. La sénatrice du Missouri apparaissait aussi en grande difficulté.

Les républicains ont enregistré une précieuse victoire en conservant le siège de Ted Cruz au Texas, malgré les millions de dollars dépensés pour soutenir le démocrate Beto O’Rourke, star de la campagne.

Et en Floride, l’ex-gouverneur Rick Scott a battu le sortant démocrate Bill Nelson.

Le siège du Mississippi, tenu par les Républicains, sera remis en jeu fin novembre, aucun des candidats n’ayant atteint la barre des 50% des voix.

Le Sénat américain compte 100 sièges. Les électeurs renouvellent un tiers de la chambre haute tous les six ans, soit 35 sièges cette fois.

Les gouverneur.e.s

Les démocrates ont perdu l’une des courses les plus scrutées pour l’un des 36 sièges de gouverneurs: le duel entre le démocrate Andrew Gillum, premier candidat noir à ce poste en Floride, et le très trumpiste Ron DeSantis. Ce dernier a finalement remporté un duel très serré.

Dans le Colorado, les électeurs ont choisi le démocrate Jared Polis, qui deviendra le premier gouverneur américain ouvertement gay. Et dans le Kansas très conservateur, la démocrate Laura Kelly a créé la surprise en battant le favori, Kris Kobach.

► Le direct sur votre mobile

 

À lire aussi Analyse | La vague bleue est arrivée, mais elle échoue à ébranler Donald Trump

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

40 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une