Grève chez bpost: pas de courrier dans votre boîte aux lettres

Grève chez bpost: pas de courrier dans votre boîte aux lettres

La grève qui touche mercredi les centres de tri de bpost est « très bien suivie », affirme le front commun syndical qui réunit la CGSP, le SLFP et la CSC. Les syndicats attendent à présent un geste de la direction afin d’entamer des négociations « sérieuses ».

«  Nous sommes très satisfaits : le mouvement est suivi en moyenne à plus de 90 % », indique Marc De Mulder, président du SLFP Poste.

La direction avait anticipé l’action et une partie du produit avait déjà quitté les centres de tri mardi après-midi. En ce qui concerne la distribution des journaux, qui dépend d’un circuit parallèle, elle sera pour sa part assurée.

Les revendications

Les organisations de travailleurs dénoncent entre autres un manque de personnel, de plus en plus de difficultés à prendre des congés, une charge de travail « insupportable » et l’externalisation de plusieurs services.

D’autres actions prévues

Le mouvement de 24 heures dans les centres de tri ce mercredi sera suivi d’actions similaires dans les transports de l’entreprise (8 novembre), chez les facteurs (9 novembre), aux guichets, dans l’administration et les centrales téléphoniques (12 novembre), et enfin dans le traitement des colis (13 novembre).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite