Grève chez bpost: pas de courrier dans votre boîte aux lettres

Grève chez bpost: pas de courrier dans votre boîte aux lettres

La grève qui touche mercredi les centres de tri de bpost est « très bien suivie », affirme le front commun syndical qui réunit la CGSP, le SLFP et la CSC. Les syndicats attendent à présent un geste de la direction afin d’entamer des négociations « sérieuses ».

«  Nous sommes très satisfaits : le mouvement est suivi en moyenne à plus de 90 % », indique Marc De Mulder, président du SLFP Poste.

La direction avait anticipé l’action et une partie du produit avait déjà quitté les centres de tri mardi après-midi. En ce qui concerne la distribution des journaux, qui dépend d’un circuit parallèle, elle sera pour sa part assurée.

Les revendications

Les organisations de travailleurs dénoncent entre autres un manque de personnel, de plus en plus de difficultés à prendre des congés, une charge de travail « insupportable » et l’externalisation de plusieurs services.

D’autres actions prévues

Le mouvement de 24 heures dans les centres de tri ce mercredi sera suivi d’actions similaires dans les transports de l’entreprise (8 novembre), chez les facteurs (9 novembre), aux guichets, dans l’administration et les centrales téléphoniques (12 novembre), et enfin dans le traitement des colis (13 novembre).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite