Terrorisme: selon les renseignements français, Oussama Atar, le cerveau des attentats de Paris, est mort

Terrorisme: selon les renseignements français, Oussama Atar, le cerveau des attentats de Paris, est mort

D’après une enquête sur les services secrets de l’État islamique menée par un journaliste de Mediapart, le terroriste belge Oussama Atar est mort, fauché le 17 novembre 2017 par une frappe de la coalition.

Dans son ouvrage Les Espions de la Terreur qui vient de paraître, Mathieu Suc affirme avoir obtenu de la DGSE (la direction générale de la sécurité extérieure française) et du Mossad la confirmation officieuse qu’Oussama Atar, alias Abou Ahmed al-Iraki, faisait partie des sept hauts cadres de Daesh impliqués dans la tuerie du 13 novembre.

Selon lui, tous ces cerveaux ayant appartenu au «  bureau des opérations extérieures  » de Daesh, ont été «  traqués et tués un par un en Syrie  » durant les deux années qui ont suivi le massacre parisien.

En février dernier, Koen Geens confirmait que plusieurs services de renseignement étrangers avaient indiqué à la Sûreté de l’État qu’Atar «  pourrait  » avoir été tué lors des combats en Syrie. Le ministre de la Justice rappelait toutefois qu’en l’absence de preuves ADN, il s’agissait de rester prudent.

Pour autant, ni la DGSE, ni le Mossad n’ont officialisé sa mort. Personne ne veut prendre la responsabilité de déclarer le commanditaire des attentats de Paris hors d’état de nuire.

> L’article à lire en entier sur Le Soir + : Atar est mort, « tout le monde est d’accord mais personne ne l’écrit »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous