Midterms: nette augmentation de la participation

Midterms: nette augmentation de la participation

Quelque 113 millions d’Américains sont allés voter mardi pour les élections de mi-mandat, indique CNN mercredi sur base de chiffres d’Edison Research. Cela représente un taux de participation de 49%, en nette hausse par rapport aux dernières élections de mi-mandat d’il y a quatre ans. A l’époque, 83 millions de citoyens s’étaient rendus aux urnes, soit 37% de la population électorale.

Selon les résultats actuels, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, mais les républicains ont renforcé leur emprise sur le Sénat.

« Gerrymandering »

La participation aux élections de mi-mandat est traditionnellement plus faible que lors des élections coïncidant avec la présidentielle, à l’image de celle de 2016 où le taux de participation était de 60%.

Mercredi midi, 91% des bureaux de vote avaient été dépouillés. Il ressort que les démocrates ont clairement amassé plus de votes que les républicains (51,8 millions contre 46,2 millions), selon CNN. Cet écart est moins flagrant en termes de sièges. Cela s’explique, selon des experts, par la technique du «gerrymandering», ou du découpage opportuniste, qui permet au parti au pouvoir de découper les circonscriptions électorales en sa faveur.

>Nos dernières informations

(Sur mobile)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Mark Hofmann en 1984.

    Simon Worrall: «Mark Hofmann était un génie des fake news»

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    D’inquiétants incidents se multiplient dans le Golfe. Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump ont promptement pointé un...

    Lire la suite