Roberto Martinez futur entraîneur du Real Madrid? Le club espagnol a jusqu’à ce lundi pour se décider

Photo News
Photo News

Il y a dix jours, le Real Madrid annonçait le licenciement de Julen Lopetegui de son poste d’entraîneur principal de l’équipe première. Dans la foulée, c’est un certain Santiago Solari, qui s’occupait jadis de la Castilla, qui a repris en main la Casa Blanca. Mais, alors que le technicien argentin aimerait s’installer dans la durée dans ses nouvelles fonctions, il se pourrait bien que la direction madrilène opte pour un entraîneur plus expérimenté afin de redresser la barre.

Parmi les principaux prétendants, Antonio Conte, Leonardo Jardim et Roberto Martinez ont été évoqués dans la presse espagnole ces derniers jours. Car, en théorie, ce n’est qu’un délai de 14 jours (selon le règlement de la fédération espagnole) que Solari a avant que le Real Madrid ne tranche dans le vif du sujet concernant son futur entraîneur.

Récemment, Thibaut Courtois, le gardien belge du Real, a souligné le fait que l’actuel sélectionneur des Diables rouges était heureux à son poste de la Belgique. Et que Solari pourrait être un candidat plus que crédible. « On prend un peu moins de risque. J’ai dégagé davantage de longs ballons. On essaie d’avoir plus de verticalité, de jouer plus vers l’avant », a-t-il expliqué.

Toujours est-il que l’avenir du futur entraîneur du Real se jouera sans doute en partie ce mercredi soir à l’occasion du déplacement à Plzen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite