Roberto Martinez futur entraîneur du Real Madrid? Le club espagnol a jusqu’à ce lundi pour se décider

Photo News
Photo News

Il y a dix jours, le Real Madrid annonçait le licenciement de Julen Lopetegui de son poste d’entraîneur principal de l’équipe première. Dans la foulée, c’est un certain Santiago Solari, qui s’occupait jadis de la Castilla, qui a repris en main la Casa Blanca. Mais, alors que le technicien argentin aimerait s’installer dans la durée dans ses nouvelles fonctions, il se pourrait bien que la direction madrilène opte pour un entraîneur plus expérimenté afin de redresser la barre.

Parmi les principaux prétendants, Antonio Conte, Leonardo Jardim et Roberto Martinez ont été évoqués dans la presse espagnole ces derniers jours. Car, en théorie, ce n’est qu’un délai de 14 jours (selon le règlement de la fédération espagnole) que Solari a avant que le Real Madrid ne tranche dans le vif du sujet concernant son futur entraîneur.

Récemment, Thibaut Courtois, le gardien belge du Real, a souligné le fait que l’actuel sélectionneur des Diables rouges était heureux à son poste de la Belgique. Et que Solari pourrait être un candidat plus que crédible. « On prend un peu moins de risque. J’ai dégagé davantage de longs ballons. On essaie d’avoir plus de verticalité, de jouer plus vers l’avant », a-t-il expliqué.

Toujours est-il que l’avenir du futur entraîneur du Real se jouera sans doute en partie ce mercredi soir à l’occasion du déplacement à Plzen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite