100 ans de l’armistice: un petit cimetière belge au centre des hommages britanniques et canadiens

La tombe de John Parr, le premier soldat britannique tué lors de la Grande Guerre.
La tombe de John Parr, le premier soldat britannique tué lors de la Grande Guerre.

En périphérie de Mons, ville libérée par les troupes canadiennes le 11 novembre 1918, un petit cimetière militaire est devenu un symbole du sacrifice des soldats de l’ex-empire britannique lors de la Grande Guerre, et accueille chaque année des milliers de visiteurs, anonymes ou chefs d’Etat.

Avec ses quelque 500 tombes, pour moitié des soldats du Commonwealth, pour l’autre des Allemands, le cimetière militaire de Saint-Symphorien n’a pas la même notoriété internationale que des lieux de mémoire comme Ypres en Belgique ou Verdun en France. C’est pourtant là que la Première ministre britannique Theresa May fera étape vendredi matin, avant de poursuivre en France un déplacement pour célébrer le centenaire de l’Armistice. Dans la campagne de Mons, elle sera suivie le lendemain par la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, représentante de la reine Elizabeth II dans l’ex-colonie.

Un lieu de mémoire

A plusieurs titres, ce petit cimetière, érigé en plein conflit par les Allemands dans un parc verdoyant de la plaine wallonne, est devenu «un lieu essentiel pour les Britanniques et les Canadiens dans la recherche de leur histoire par rapport à la guerre 1914-18», explique à l’AFP l’historien belge Corentin Rousman. Y sont enterrés, par coïncidence, dans deux tombes qui se font face, la première et la dernière victime britannique du conflit. John Parr et George Ellison ont été tués le 21 août 1914 lors de la bataille de Mons et le 11 novembre 1918, non loin de là.

A quelques dizaines de mètres d’eux, sous un autre alignement impeccable de pierres blanches, repose George Price, un Canadien devenu une célébrité dans son pays. Ce soldat de 26 ans est mort le 11 novembre 1918 à 10h58, soit deux minutes avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, tué par un tireur d’élite allemand à Ville-sur-Haine près de Mons. «On estime qu’il est le dernier soldat du Commonwealth à mourir au combat pendant la Grande Guerre», ont rappelé les services du Premier ministre canadien.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite