Le Retail Ecodesign dope le commerce de demain

«
Bidules
», récupère des stocks oubliés de lunettes chez les meilleurs artisans jurassiens et les transforme en moutures attractives.
« Bidules », récupère des stocks oubliés de lunettes chez les meilleurs artisans jurassiens et les transforme en moutures attractives. - d.r.

A l’occasion de Design September, hub.brussels, l’agence bruxelloise pour l’accompagnement de l’entreprise, a mis l’accent sur un concept très tendance dans la capitale : le Retail Ecodesign. Petite visite guidée de quelques commerces et boutiques branchés.

Le Retail Ecodesign regroupe l’ensemble des disciplines tenant compte à la fois des aspects fonctionnels, stylistiques et environnementaux d’un aménagement commercial. Plusieurs événements étaient organisés à Bruxelles en septembre pour le découvrir. Parmi ceux-ci, des visites d’épiceries de quartier, de restaurants et cafés et de boutiques de mode. A pied ou en « tuk-tuk », nous avons découvert des commerces branchés et des pop-up stores très tendance.

Des boutiques de mode

en prêt-à-montrer

« Le design est l’outil qui applique un concept et une identité visuelle à un lieu commercial, rappelle Thibaut Surin, conseiller en aménagement commercial chez hub.brussels. Il permet de se démarquer de la concurrence en faisant vivre au client une expérience unique. » Pari réussi pour Bidules, un projet démarré en 2013 par Charles Verstraete, optométriste, et Nicolas Musty qui récupère des stocks oubliés de lunettes chez les meilleurs artisans jurassiens et les transforme en montures attractives. À l’image de ses produits, l’entièreté du mobilier de chez Bidules a été récupéré. Les cloisons d’exposition, de 1971, ont été dénichées dans l’entreprise belge de récupération de matériaux de déconstruction Rotor et revalorisées par le bureau d’architectes OPLA. Le comptoir, qui date de 1980, provient d’un autre magasin. Enfin, tous les instruments techniques d’optométrie ont été rachetés à un opticien en faillite. Le circuit court est privilégié.

Restore propose du design artisanal 2.0 créatif et épuré, Ernest mise sur le savoir-faire (bijouterie et maroquinerie) dans un atelier boutique de deux designers, Aurore Havene et Michaël Guerisse O’Leary, JoyaBrussels propose de manière originale une sélection pointue de designers nationaux et européens.

Les visites ont été préparées sur la base d’une grille d’analyse des commerces en fonction d’une série de critères précis : le stopping power (visibilité d’un commerce), l’attractivité de l’étalage, l’image du commerce, la première impression, la structure, la valorisation de l’offre, la communication, les éléments de service (cabines d’essayage, caisse…), quelques détails. Après une analyse approfondie, Steven Bollé, retail coach & designer, fait un audit du concept et de l’aménagement de ces différentes enseignes. « Après plusieurs visites, je retournerai chez les commerçants et leur donnerai quelques conseils au niveau de l’étalage, l’aménagement, l’éclairage, etc. Investir dans un bon éclairage (led) dès le départ constitue par exemple un des moyens les plus efficaces pour en faire diminuer le coût et réduire l’impact environnemental… Tous ces éléments clés sont des facteurs de succès. Parfois, avec quelques petites suggestions, on peut les faire réfléchir et les amener à donner une nouvelle impulsion à leur activité commerciale. Non seulement au niveau de l’impact écologique du commerce, mais également au niveau de leur image et les ventes réalisées. »

Un guide pratique à destination des (futurs) commerçants en recherche d’informations, de conseils, d’exemples, de témoignages, de trucs et astuces pour aménager leur local de façon à la fois durable et design sera également publié par hub.brussels.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Si vous faites partie des chanceux  qui possèdent une terrasse, l’été est le moment idéal pour y passer du bon temps !

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Vacances à la maison: petits aménagements, grands effets

  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

  • Verheulpen (2)

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Alain Verheulpen rejoint la direction de Home Invest

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite