Le ciment, bon baromètre pour la construction

Le ciment, bon baromètre pour la construction
coralie cardon.

Au niveau mondial, la production de ciment en 2016 a atteint 4,65 milliards de tonnes dont la moitié a été produite en Chine. La Belgique, avec une consommation de ciment de 6,25 millions de tonnes et 547 kg par habitant se situe dans le haut du classement des pays européens dont la moyenne de consommation s’élève à 307 kg par habitant. Ce matériau se consomme généralement localement vu les frais de transports élevés. L’année dernière, 1,24 million de tonnes ont été importés, soit environ 20 % de la production totale.

« Le poids de notre secteur est important dans la construction en Belgique puisque c’est le matériau de base de beaucoup de chantiers que ce soit dans le bâtiment résidentiel (48 %) non résidentiel (36 %) ou dans les infrastructures (16 %) », rappelle André Jasienski, directeur de Febelcem.

Le secteur cimentier belge qui comprend quatre acteurs d’envergure mondiale, Holcim (Groupe LafargeHolcim), CBR (HeidelbergCement Group), CCB (Cementir Holding) – tous trois membres de Febelcem – et VVM (CRH Group) ainsi que plusieurs importateurs. Ces entreprises se trouvent aujourd’hui confrontées à plusieurs défis.

L’objectif est d’évoluer vers une société « zéro carbone » en 2050. « Notre industrie va étudier la possibilité de stocker et de réutiliser le carbone émis puisque pour produire du ciment on doit décarbonater la roche ce qui implique une émission de CO2. A court et moyen terme, nous cherchons à développer des ciments moins énergivores avec l’ajout de laitiers, de cendres volantes, de fillers calcaires, pour réduire l’impact écologique. A l’horizon 2050, nous envisageons des techniques de stockage et de réutilisation du carbone dans d’autres applications », poursuit André Jasienski.

Des recherches sont en cours avec l’université de Mons notamment et au niveau européen avec l’European Cement Research Academy (ECRA). « Ces études progressent. A Lixhe, nous avons investi dans un système de récupération du CO2, c’est le projet Leilac (Low Emissions Intensity Lime and Cement) qui est en cours d’exécution actuellement avec toute une série de partenaires industriels autres que les cimentiers car ce sont des préoccupations qui touchent bon nombre d’entreprises », ajoute André Jasienski.

Ce qui est important lorsque l’on fait la comparaison d’un matériau avec un autre, c’est d’établir une analyse du cycle de vie. Le ciment permet de réaliser du béton. Il faut dès lors étudier le cycle de vie entier du béton, dont la durée de vie est estimée à cent ans. Si l’on fait le bilan d’un m³ de béton, le ciment, qui en constitue le liant, ne représente que 15 % de la masse de ce m³ de béton et ce dernier est 100 % recyclable en fin de vie.

Des bureaux indépendants ont démontré que sur le cycle de vie, le béton est particulièrement performant et peut donc offrir une garantie de cent ans. Eddy Fostier, président de Febelcem, cite l’exemple d’un cahier des charges pour des travaux publics dans le cadre du ring d’Anvers où la durée de vie des ouvrages a été fixée à cent ans. Il confirme que le secteur (entrepreneurs et fournisseurs) est prêt à s’engager sur une telle garantie de durée de vie, à condition que les travaux soient exécutés de manière qualitative, selon les règles de l’art.

Comment expliquer alors que nos centrales nucléaires sont aujourd’hui confrontées à des microfissures ? Dans le cas des centrales nucléaires, les bétons fissurés sont régulièrement soumis à des vapeurs d’eau chaude atteignant 170 ºC. Ces vapeurs pénètrent dans le béton, en fonction de sa porosité et de la présence de microfissures éventuelles, et finissent par atteindre les armatures. Ces dernières se corrodent et font alors éclater le béton. Selon les responsables de Febelcem, le respect des normes en matière de recouvrement des aciers et l’usage d’un béton compact, peu poreux, permet d’éviter tout problème. La qualité d’exécution est indispensable et reste donc un atout majeur.

Et André Jasienski de plaider pour que l’usage du béton soit développé dans tous les types de revêtements de sol également. « Il s’agit d’un matériau local, produit localement et dont le coût évolue très peu au fil des ans ; il est durable, écologique et 100 % recyclable en fin de vie. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite