Logements neufs contre véhicules d’occasion

Dans cet article
Le quartier Heyvaert vu du ciel. On distingue à l’avant-plan le long du canal les grues du projet Nautica et à l’extrême droite (en haut) celles de Compas, deux projets de logements portés par citydev.brussels. La photo ayant été prise en mai, les travaux ont nettement avancé depuis. Tout en bas à droite, on devine les deux taureaux de fonte massifs qui gardent l’entrée des Abattoirs, rue Ropsy Chaudron.
Le quartier Heyvaert vu du ciel. On distingue à l’avant-plan le long du canal les grues du projet Nautica et à l’extrême droite (en haut) celles de Compas, deux projets de logements portés par citydev.brussels. La photo ayant été prise en mai, les travaux ont nettement avancé depuis. Tout en bas à droite, on devine les deux taureaux de fonte massifs qui gardent l’entrée des Abattoirs, rue Ropsy Chaudron. - gregory hallyday.

Il existe dans la zone du canal une zone connue pour son commerce de véhicules d’occasion : le quartier Heyvaert. La présence massive de concessionnaires, mais aussi de garagistes, de vendeurs de pièces détachées et même de restaurateurs et hôteliers qui ont pris place au cœur d’anciens sites industriels est là pour en attester.

Le problème est que ce commerce qui génère un fameux chiffre d’affaires cause depuis des années pas mal de désagréments aux habitants, notamment parce que beaucoup de véhicules sont destinés au marché étranger, l’Afrique notamment, et qu’ils sont transportés par camion « porte-huit » jusqu’au port d’Anvers.

A terme, ce commerce semble condamné à être délocalisé. L’acheminement des voitures par voie d’eau au départ du Port de Bruxelles étant abandonné (lire par ailleurs), reste à voir ce qu’il va advenir de ce quartier sur lequel la Région de Bruxelles-Capitale nourrit de grandes ambitions. Une chose est sûre : son potentiel est énorme, particulièrement en termes de logements, équipements et autres espaces verts. « La décision du Port ne change rien à l’ambition de la Région, confirme d’ailleurs Tom Sanders, le directeur du département Stratégie Territoriale au sein de perspective.brussels, le centre régional en charge du développement territorial de la capitale. Heyvaert va évoluer inéluctablement vers un quartier mixte, plus convivial, offrant une meilleure qualité de vie. »

Le 14 décembre 2017, le gouvernement bruxellois a approuvé le cinquième et dernier Contrat de rénovation urbaine : le CRU « Heyvaert-Poincaré » qui couvre la zone du boulevard Poincaré, du canal et du quartier Heyvaert, à cheval sur les communes d’Anderlecht, de Molenbeek et de la Ville de Bruxelles.

Les CRU comprennent une série d’opérations de revitalisations urbaines qui sont portées par des opérateurs régionaux ou communaux sur des territoires inclus dans la ZRU (zone de revitalisation urbaine) qui dépassent les limites communales.

Pour y arriver, il faut un outil : le PAD (Plan d’aménagement directeur). Les PAD sont aménagés par perspective.brussels. « Nous sommes sur le point de finaliser un projet de plan qui sera présenté et discuté avec le ministre-président de la Région (NDLR : Rudi Vervoort) d’ici à la fin de l’année, confirme Tom Sanders. Le but est de proposer du “win-win” aux concessionnaires de voitures dont beaucoup sont propriétaires de leurs parcelles. Nous avons déjà discuté avec eux, ils sont conscients que leur activité est appelée à connaître une évolution majeure. Si l’on veut être très optimiste, je dirais que le PAD Heyvaert pourrait entrer en vigueur fin 2019. »

De là à voir à l’avenir des concessionnaires troquer leurs voitures d’occasion contre des logements neufs, il n’y a qu’un pas… que franchit allègrement Tom Sanders. « Il est, en effet, possible de voir plusieurs concessionnaires devenir propriétaires de logements mais attention à la spéculation, dit-il à ce sujet. Nous sommes en présence d’un tissu urbain plutôt dense et il n’est pas question par exemple d’y construire des tours de logements. Le mot d’ordre est et restera : “mixité”. On aura du logement mais aussi des activités productives et économiques, des équipements, des espaces verts… »

Sur ce dernier point, on sait qu’un projet très concret est en voie de concrétisation : le parc de la Sennette. L’objectif est de recréer sur son ancien lit la Petite Senne et d’en faire un nouvel espace vert linéaire qui s’étendra de la Porte de Ninove jusqu’aux Abattoirs d’Anderlecht. Au total, un axe de pas moins de 755 mètres de long s’apprête à présenter un nouveau visage dans les années à venir. Une sorte de « poumon vert » destiné à redonner au quartier le bol d’oxygène dont il a grand besoin. « C’est parti de la réflexion selon laquelle le quartier manque cruellement d’espaces publics, explique-t-on chez perspective.brussels. La promenade sera entraînera éventuellement des expropriations mais n’oublions pas qu’elle a déjà été approuvée dans le cadre du Contrat de rénovation urbaine et que l’enquête publique a déjà été réalisée. »

Les projets immobiliers ne vont évidemment pas manquer. Ils s’attelleront à la création ou à la rénovation de logements. A ce sujet, on sait que 130 logements seront développés en partenariat avec différents porteurs de logements régionaux. Enfin, last but not least, la transformation du quartier passera aussi par le réaménagement complet du carrefour Porte d’Anderlecht.

On le voit, les changements au quartier Heyvaert ne vont pas manquer…

Micro-économie

Par Paolo Leonardi

On estime entre 30.000 et 50.000 le nombre de voitures d’occasion qui sont acheminées annuellement par camions au départ du quartier Heyvaert jusqu’à Anvers, pour être ensuite envoyées par bateau, notamment en Afrique. On imagine aisément les désagréments causés par une telle activité. Pour y remédier, la solution était d’envoyer les voitures par le canal jusqu’à la Métropole. La construction d’un terminal roulier sur un terrain de 2,5 ha (acheté par le Port de Bruxelles en 2016) situé sur la rive droite de l’avant-port près du pont de Buda fut même avancée. Un appel à projets avait été lancé en mai.

Las ! Pas plus que lors des deux appels à projets précédents, la troisième tentative n’a trouvé de candidat. Et la garantie d’un soutien financier de la Région n’y a rien changé. Le Port de Bruxelles a donc abandonné le projet. Il semblerait d’ailleurs que le marché de la voiture belge d’occasion à destination de l’Afrique n’ait plus de beaux jours devant lui. On parle même d’un secteur carrément en déclin…

Le Port de Bruxelles va désormais lancer un nouvel appel à projets afin de trouver une nouvelle fonction économique utilisatrice de la voie d’eau pour le terrain.

Citydev aux premières loges

Par Paolo Leonardi

Compas, Nautica, Ropsy Chaudron, Nanson, Facar : cinq noms pour cinq projets. Le moins que l’on puisse écrire est que citydev.brussels ne chôme pas et s’implique à fond dans le nouveau quartier Heyvaert. « Des quartiers comme celui-là, on n’en trouve plus à Bruxelles, confesse à ce sujet Benjamin Cadranel, le patron de l’opérateur régional en charge de projets alliant logements, activités économiques, commerces, espaces publics, équipements collectifs et de tout ce qui peut remailler ou redynamiser une ville ou un quartier. C’est un quartier avec une population existante et une activité économique qui, même si elle est en déclin et même si elle pose des problèmes de qualité de vie à cause des nuisances causées aux habitants, est bien réelle. »

Le coup de fouet que la Ville veut redonner au quartier ne date pas d’hier. Aujourd’hui, les négociations et les pourparlers se sont intensifiés avec les grands propriétaires du coin.

Aux premières loges de la redynamisation annoncée, Benjamin Cadranel n’ignore pas que l’abandon de la piste du terminal roulier au Port de Bruxelles n’est pas l’idéal. « Mais, précise-t-il, cela aura au moins le mérite de nous pousser à agir. Il va falloir remettre la stratégie sur le métier. »

A ce sujet, le PAD est attendu de pied ferme. C’est lui qui définira les contours du Heyvaert new-look avec à la clé une question : qui fera quoi ? L’essentiel sera-t-il réalisé par le secteur public ? Ou faut-il s’attendre à voir le privé, par l’odeur du profit alléché, entrer dans la danse pour convoiter un morceau de fromage fort appétissant ? « C’est une décision politique dans le bon sens du terme, exprime le patron de citydev. Il est clair que les promoteurs privés sont prêts, mais il ne faut pas faire n’importe quoi. Il n’est pas question d’appliquer une gentrification sauvage. Le secteur public est, selon moi, nécessaire, mais si on décide malgré tout de s’en passer, il faut des lignes directrices suffisamment fortes pour éviter la spéculation et assurer un mix qui propose également du logement social et conventionné ainsi que des équipements. »

En attendant de savoir à quelle sauce sera « mangé » Heyvaert, citydev.brussels, déjà présent le long du canal depuis 2009 avec ses « Terrasses de l’Ecluse », développe à la rue du Compas, dans une ancienne propriété industrielle désaffectée, 69 logements acquisitifs et 60 locatifs. A la rue du Bateau (Nautica), c’est 43 appartements conventionnés qui sortiront de terre début 2020. Le projet Ropsy Chaudron est encore à l’étude mais il proposera quant à lui 30 % de commerces ou d’activités économiques et 70 % de logements. Avec Nanson et Facar, enfin, citydev.brussels aura une vue de premier plan sur le futur parc de la Sennette.

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Frustré de ne recevoir que trop rarement de bons ballons, Joao Klauss erre comme une âme en peine.

    Un Standard en total manque d’idées face à Saint-Trond

  2. d-20210915-GPTXCG 2021-09-15 23_48_00

    Elections en Allemagne: les sociaux démocrates et les conservateurs au coude-à-coude

  3. Les clubs devront-ils limiter leur capacité d’accueil et respecter des normes draconiennes de qualité d’air? Mystère...

    Coronavirus: à une semaine de sa réouverture, la nuit reste dans le brouillard

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 563: le pire

    Le 25 septembre 2019, il ne s’est rien passé d’incroyable. C’était la vie d’avant, normale, tranquille, filant doux comme une rivière sans pluie, serpentant sagement au fond de son lit, sans cascade, sans torrent, appâtant les peintres et les poètes en mal d’inspiration. La vie d’avant, c’était un poème, une petite aquarelle accrochée au-dessus du lit d’une chambre d’hôtel.

    Le 25 septembre 2021, c’est le chaos. Quand cette femme qu’on rencontre pour la première fois, la toute première fois de notre vie, s’avance dans le hall d’entrée et nous plaque un gros baiser qui claque alors qu’on lui tendait chaleureusement le coude, on hurle (intérieurement) : « A l’aide ! Rendez-nous la poignée de main de 2019, la distanciation de 2020 ou même, allez, le hug à l’américaine, on l’a adopté direct, celui-là ! » Mais non. Le covid à l’ère du vaccin, c’est pire que tout : même les inconnu(e)s nous embrassent, et sans consentement. Ça vaut combien, ça, pénalement ?

    ...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite