Un quartier du Canal en pleine mutation

Le quartier Heyvaert est bordé sur un de ses flancs pas le Quai de l’Industrie. Une intense activité économique y a cours mais elle est appelée à changer dans les années à venir.
Le quartier Heyvaert est bordé sur un de ses flancs pas le Quai de l’Industrie. Une intense activité économique y a cours mais elle est appelée à changer dans les années à venir. - perspective.brussels.

La zone du canal à Bruxelles fait l’objet, on le sait, de beaucoup de convoitises au niveau de la Région et des promoteurs immobiliers. Elle comprend des portions de territoire à (très) haute densité tant au niveau du bâti industriel que de la population.

C’est le cas du quartier Heyvaert, un endroit dont le nom ne dit souvent rien même si on y est déjà passé des dizaines de fois. Faisant face aux Abattoirs d’Anderlecht, il est délimité par les rues Heyvaert, Ropsy Chaudron, de Liverpool, du Compas, du Bateau ou encore par le quai de l’Industrie. C’est le lieu où l’on retrouve pêle-mêle des enseignes qui font saliver comme le restaurant-brasserie de la Paix (une étoile au Michelin), la Maison du Mouton ou encore le Roi du Jambon. Il est surtout connu pour être le paradis des revendeurs de voitures d’occasion.

Mais si l’on se penche sur Heyvaert, c’est parce qu’il est amené à changer de physionomie à court terme. Parce que son bâti est vétuste et que Bruxelles manque de logements, mais aussi car le commerce de voitures d’occasion (qui cause d’importants désagréments aux riverains car elles sont acheminées par camion vers le port d’Anvers) est en train de mourir de sa belle mort si l’on en croit les acteurs mêmes d’un quartier connu jusqu’en Afrique.

La mutation physique a déjà été entamée puisque plusieurs projets sont en train de sortir de terre. Le Plan d’aménagement directeur devrait bientôt donner le schéma qui va présider à la suite de la modification du quartier Heyvaert.

Il devrait faire la part belle aux logements, notamment des logements sociaux et conventionnés, mais aussi aux activités économiques (commerces, équipements...) et aux espaces verts. A ce propos, le quartier Heyvaert en manque cruellement. Un parc qui portera le nom de la Sennette, un bras de la Senne, est dans les cartons. Il prévoit l’aménagement d’une promenade verte autour de l’ancien cours d’eau encore visible dans le plan parcellaire et la morphologie du bâti industriel. Il est également prévu de déminéraliser les intérieurs d’îlot et de créer d’autres espaces verts favorisant la biodiversité. Une connexion cyclo-piétonne entre la porte de Ninove et les Abattoirs est également au programme. Budget estimé : 20 millions d’euros.

Notons que ce projet de parc a déjà fait l’objet d’une enquête publique. Le PAD ne devrait donc que confirmer une décision déjà actée.

Il ne reste plus qu’à attendre...

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une image 3D du futur CERN à Genève.

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Le joker solaire des «archistars»

  • Les projets neufs fleurissent en Espagne et attirent de plus en plus d’acquéreurs.

    Résidences secondaires: l’Espagne pourrait à nouveau séduire

  • Travailler sur un coin de la table de la salle à manger, pas évident...

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Changer sa déco simplement

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les présidents de cinq partis francophones
: de gauche à droite, Maxime Prévot (CDH), Rajae Maouane (Ecolo), Georges-Louis Bouchez (MR), François De Smet (Défi) et Paul Magnette (PS).

    En crise sanitaire, les politiques doivent-ils apprendre à se taire?

  2. Après « 16h30 de discussion », Mario Centeno (centre), président de l’Eurogroupe, s’est réjoui du plan de sauvetage face au choc du Covid-19.

    Les Européens s’entendent sur un paquet de 540 milliards d’euros

  3. d-20200405-GFRGRX 2020-04-04 18:40:58

    Le secteur du tourisme nage en pleine incertitude

La chronique
  • Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

    Aux Etats-Unis, il ne faudra pas attendre une commission d’enquête parlementaire pour évaluer comment les autorités ont répondu à la pandémie du coronavirus. Le « journalisme de reddition de comptes » tourne déjà à plein régime dans ce pays où la Cour suprême a consacré le rôle de la presse comme Quatrième pouvoir. « Il a fallu 70 jours pour que Donald Trump traite le coronavirus non pas comme une menace distante ou une grippe inoffensive, mais comme une force meurtrière qui s’apprête à tuer des dizaines de milliers de citoyens », écrivait le Washington Post le 4 avril dans un article de 40.000 signes, fondé sur l’interview de 47 experts et sévèrement intitulé : « Les Etats-Unis accablés par le déni et les dysfonctionnements ».

    L’établissement de la ligne de temps de la pandémie et, en parallèle, des mesures gouvernementales est sans appel. Comme le reconnaissait le gouverneur démocrate de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, « la maladie a toujours eu une longueur...

    Lire la suite

  • Les vieux ne nous parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux

    Il s’appelle Jacques. Sa voisine l’a retrouvé sur le sol de sa maison, l’ambulance l’a emporté. A l’hôpital, le verdict est tombé : les deux poumons sont atteints. Sa réponse a fusé : « Je ne veux pas être intubé, je refuse l’acharnement. » Jacques, toujours en lutte contre le virus, a 85 ans.

    Elle s’appelle Irène. Elle venait d’entrer dans la maison de retraite. La nuit, elle a eu de la diarrhée et la gorge qui gratte. Branle-bas de combat, transfert dans une chambre confinée....

    Lire la suite